This page is not available in your language, please, choose yours

Jasper morrison - take a seat !

Publié le 11 mars 2009

Infos pratiques

Du... 5 mars 2009
Au... 24 mai 2009


107 rue de Rivoli
75001 Paris 1

Les créations de Jasper Morrison sont un référence pour beaucoup de créateurs mais elles ont été assez peu vues en France par le grand public ces dernières années. Aussi, l'exposition « Jasper Morrison : take a seat ! » est l'occasion de revoir l'œuvre du designer à travers une sélection de 21 sièges. Jasper Morrison, invité ici à une carte blanche, a choisi de travailler sur le siège et ses usages.
Dans cette carrière prolixe, la chaise, pièce utile par excellence, est en effet la typologie qui l'a le plus intéressé. Une des premières, la Thinking Man's Chair (1986) conçue à base d'éléments structurels marque le début de son travail avec Cappellini. Suivront les Ply Chairs (Open et Closed) éditées par Vitra dans lesquelles il réduit le siège à sa plus simple expression : une ligne évidée et sans masse.
Explorant les technologies et les matériaux les plus divers - du polypropylène au liège en passant par l'aluminium - ses sièges évoquent parfois des classiques du genre. La Sim de Vitra (1999) est comme une descendante des chaises empilables de David Rowland, comme la Pipe I de Magis (2008) s'inspire de la chaise de Hans Coray. Une des dernières nées, la Basel Chair de Vitra (2008) évoque avec raffinement un archétype : la chaise d'école de notre enfance.
Dans cette production, Jasper Morrison oscille entre les techniques de fabrication les plus sophistiquées et l'utilisation de matériaux les plus classiques. Le polypropylène injecté par gaz est employé dans l'élaboration de la chaise et du fauteuil Air, édités par Magis, alors que la Crate Chair, éditée par Established § Sons, est fabriquée avec de la latte de bois. La plupart de ses sièges est éditée par les grands éditeurs européens ou japonais mais quelques uns répondent à des commandes spécifiques comme les sièges réalisés en 1998 pour le couvent de la Tourette de Le Corbusier.
De façon peu habituelle pour un musée, Jasper Morrison a souhaité que le public puisse non seulement voir, mais aussi essayer les 21 sièges montrés afin d'expérimenter ceux-ci, mettant ainsi en exergue ce qui fait l'essence même de son travail : des pièces belles à regarder, oui, mais surtout utiles.



VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement