This page is not available in your language, please, choose yours

Joseph kosuth, ni apparence ni illusion

Publié le 21 octobre 2009
Joseph Kosuth, Ni apparence ni illusion, Louvre, Exposition, Paris

Infos pratiques

Du... 22 octobre 2009
Au... 21 juin 2010


Pyramide - Cour Napoléon
75001 Paris 1

Des phrases en français écrites en néons blancs sont suspendues le long des remparts médiévaux. Joseph Kosuth, artiste majeur de la scène contemporaine internationale, investit les espaces historiques du Louvre pour offrir au regard du visiteur une œuvre dense et lumineuse.

Figure incontournable de la scène américaine, Joseph Kosuth est un pionnier de l’art conceptuel, mouvement créé dans les années 1960 à New York. Son travail considère l’art comme une production de sens. Aussi l’idée ou le concept devient l’essence de l’œuvre d’art, au détriment souvent de la matérialité. Il travaille depuis le milieu des années 60 sur les relations entre les mots et les choses, entre le langage et la représentation. La prévalence allant au concept, les supports utilisés par l’artiste sont divers : photos avec des objets usuels, tubes de néon (collection du Centre Pompidou), textes gravés dans la pierre (musée Champollion, Figeac). Kosuth réalise de monumentales installations de textes, critiques, philosophiques ou littéraires, sur les monuments anciens. Son oeuvre est conservée dans la plupart des collections publiques et privées en Europe, aux Etats-Unis et au Japon. Récemment, Joseph Kosuth est intervenu sur l’île San Lazzaro lors de la Biennale de Venise en 2007, ou encore à La Casa Encendida à Madrid en 2008.

L’artiste a cette fois choisi de travailler dans les fossés du Louvre médiéval et d’écrire sur les vieux murs des remparts, incitant le spectateur à redécouvrir ce lieu mystérieux et souterrain. 'ni apparence ni illusion' est une citation de Nietzsche. Les quinze phrases, réparties de façon minimale sur le parcours, proposent une quête à la fois physique et introspective. Elles évoquent les relations complexes entre l’histoire, l’archéologie et la sensibilité du spectateur. L’artiste, qui d’ordinaire recourt à la citation, a pour la première fois depuis 1979, choisi de rédiger lui-même le texte de cette exposition.
‘Quinze pierres en place, toutes sorties de l’ombre, ces mots lumineux rendent visibles celui qui voit mais aussi celui qui est vu. Les pierres et les mots s’assemblent pour produire à la fois un mur et un texte’.


VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Commentaires

1 commentaire

  • Avatar de crcrcr

    crcrcr le 23/10/09 à 15h38

    Les vieux remparts du louvres semblent tout à fait appropriés pour ce genre de manifestation artistique. Un voyage dans le temps, en perspective !

L'AGENDA

Annoncez votre événement