This page is not available in your language, please, choose yours

Quand la transgression flirte avec le luxe

Publié le 25 octobre 2011

Infos pratiques

Du... 24 octobre 2011
Au... 24 février 2012


64 avenue Marceau
75008 Paris 8

Gratuit

Session 3 : Les Contes Particuliers à Hôtel Particulier Montmartre

Un certain nombre d’artistes investissent des territoires où le trash, la violence et le malaise contribuent à enquêter sur les limites du corps. Ces tentatives participent à la consécration blasphématoire d’une esthétique nouvelle, cathartique dans laquelle le corps crie pour un acte transgressif. Ces actions scandalisent, provoquent et composent un voyage autobiographique révélant les névroses et les désirs dans une expérience sensible qui ne se contente pas d’être l’objet critique d’une société. Performance, théâtre, photographie, vidéo et autres média restituent ces indices attestant la présence d’un corps insoumis et incompris laissant présager la force d’un geste, d’une échappée.

Si la création rime, semble-t-il, avec un désir de liberté sans limite, son caractère transgressif se manifeste par des chemins multiples, variables et désorientés.

Quand la transgression flirte avec le luxe…initie une ballade sur un ensemble de créations et de propositions singulières. Cette programmation est une visite de plusieurs œuvres qui ont un trait commun: s’affranchir des règles, transgresser le lieu. C’est à travers cet archipel performantiel que se dessine une conception, une façon de voir, d’exposer et de réfléchir pour composer, peut-être, un visage nouveau de ce refuge de privilégiés.

Après une année honorable sur la censure, l'intime et le sexe, le chantier se dirige vers une troisième session qui ouvre ses portes sur les Contes. Du merveilleux aux croyances populaires en passant par Perrault ou les frères Grimm, le conte véhicule et transmet un récit, un chant, un héritage, une voix. Le conteur offre un point de vue, une vision du monde immergeant le public dans les flots langoureux de ses mots et de ses sons. Le temps d'un conte, la parole du conteur et l'attention du public dressent un nouveau rapport au temps. Le conte ne met-il pas en scène une danse ritualiste entre ces personnages – hyperboles et archétypes – dans un monde manichéen rempli d'archaïsme et de conflits?

Ces êtres imaginaires incarnent avant tout des images destinées à nous délivrer une leçon, un savoir sur les liens et les statuts sociaux. Et le conte prend toute sa force dans son interprétation, dans une forme réinventée désormais champ des possibles:

" Au-delà de l'auteur (les conteurs inventent souvent leurs propres contes, s'inspirant des contes traditionnels), il est celui, nous l'avons vu, qui donne vie et corps à l'histoire. La performance constitue alors une oeuvre dans un espace temps donné1.

A partir du 24 octobre 2011, les contes seront l’occasion de troubler et d’interagir avec le quotidien et la vie d’un l’hôtel célébré pour son luxe et son élégance.

© Collectif Continuum, Kathy Acker, Daniel Foucard, Pierre Joseph, Djamel Kokene, Barabara Thaden, Roberto Zocco

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement