This page is not available in your language, please, choose yours

Marcel Storr, bâtisseur visionnaire

Publié le 09/12/11
Partager sur twitter
Partager sur Google+

Infos pratiques

Du 16/12/2011 au 10/03/2012

Pavillon Carré de Baudouin
119-121, rue de Ménilmontant
75020 Paris 20

Gratuit

Exposition de Marcel Storr, bâtisseur visionnaire au Pavillon Carré de Baudouin du 16 décembre 2011 au 10 mars 2012.

Une œuvre magistrale et intrigante de cathédrales et mégapoles imaginaires à découvrir pour la première fois dans son intégralité.

L’œuvre de Marcel Storr est à la fois intrigante dans le détail, époustouflante dans son ensemble. Elle regroupe une soixantaine de dessins de cathédrales et mégapoles imaginaires réalisés clandestinement par un cantonnier du bois de Boulogne, décédé en 1976 dans le plus complet anonymat.

Cette oeuvre magistrale est à découvrir pour la première fois dans son intégralité, du 16 décembre 2011 au 10 mars 2012 au pavillon Carré de Baudouin. Il s’agit sans doute d’une des plus importantes découvertes d’art brut de ces dernières années en France.

Cette exposition, présentée par la Mairie de Paris et la Mairie du 20e, sera également l’occasion de rencontres et de projections sur l’architecture utopique.

Marcel Storr :

On ne sait presque rien de lui. Il est mort il y a plus de trente ans et son oeuvre, clandestine, découverte par hasard par un couple d’amateurs d’art en 1971, n’a presque jamais été montrée. Pourtant Marcel Storr (1911-1976), simple balayeur au bois de Boulogne – ou "cantonnier d’empierrement saisonnier" des parcs et jardins de la Ville de Paris, selon son statut officiel – était un dessinateur de génie. Tout au long de son existence, il a poursuivi avec obstination la construction d’un univers parallèle au sein duquel il prenait chaque soir sa revanche contre sa condition ingrate et la misère de ses origines.

L’exposition :

Marcel Storr, bâtisseur visionnaire consacre une découverte exceptionnelle présentée pour la première fois dans son intégralité.

Il n’existe qu’une soixantaine de dessins de Marcel Storr, s’échelonnant des années 1930 à 1975, et représentant exclusivement des architectures imaginaires. Tous figureront dans l’exposition. Parfois de très grandes dimensions et de plus en plus complexes au fil du temps, ces dessins sont coloriés au crayon ou aquarellés à l’encre, et extrêmement fouillés dans la période finale, celle des chefs d’œuvre des dix dernières années. Développant au départ un thème purement religieux, donc plutôt tournés vers le passé du temps des basiliques et des cathédrales, ces dessins s’orientent brusquement vers un futur de science fiction à partir de l’année 1965. C’est, par coïncidence, l’époque où apparaissent les premières tours de la Défense que Storr, quotidiennement, pouvait voir émerger de la cime des arbres sur son lieu de travail. Du premier au dernier, tous ces dessins manifestent une unique tendance : l’obsession de construire, d’inventer du jamais vu et de défier la pesanteur en s’élevant toujours plus haut vers le ciel. « Des tours, il faut des tours », répétait Storr en guise d’explication, convaincu que le Président des Etats-Unis viendrait en personne le consulter pour reconstruire Paris après une catastrophe nucléaire inévitable.

L’exposition propose un parcours en quatre étapes, correspondant à quatre périodes de sa production. Un parcours chronologique qui servira de fil conducteur.

Une série d’agrandissement photographiques de certains détails sont également proposés afin de donner accès au deuxième niveau de lecture que permet difficilement la vision globale de ces oeuvres étonnantes. Ces agrandissements permettront au visiteur de se faire une idée de la richesse interne de chaque image, et l’inciteront à poursuivre lui-même l’effort d’exploration.

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur : Partager sur twitter
Partager sur Google+

Commentaires

Soyez le premier à réagir !