This page is not available in your language, please, choose yours

Enrichissement des collections

Publié le 19/01/12
Partager sur twitter
Partager sur Google+
Enrichissement des collections

Infos pratiques

Du 10/11/2011 au 31/07/2012

Musée d'Art Moderne
11, avenue du Président-Wilson
75016 Paris 16

Gratuit

Enrichissement des collections au Musée d'Art Moderne de la ville de Paris du 10 novembre 2011 au 30 juillet 2012.

De nouvelles œuvres viennent d’enrichir les collections permanentes du Musée d’Art moderne de la Ville de Paris grâce à plusieurs dons exceptionnels : à partir du 19 octobre, une œuvre de Peter Doig et quatre œuvres de Bernard Buffet et à partir du 8 novembre, soixante et une œuvres de Giorgio de Chirico.

Giorgio de Chirico :

Legs de soixante et une œuvres par Isabella Pakszwer-de Chirico, 2011

Près de vingt et un ans après la disparition de son épouse Isabella en 1990, la Fondation Giorgio et Isa de Chirico lègue soixante et une œuvres à la Ville de Paris. Ce legs a été rendu possible grâce à l’exposition Giorgio de Chirico, la fabrique des rêves présentée au Musée d’Art moderne en 2009 qui a montré toute la cohérence de l’œuvre de l’artiste, son talent d’inventeur audacieux et son mépris des conventions jusqu’à la fin de sa vie.
Cet ensemble exceptionnel comprenant trente peintures, vingt dessins, et onze sculptures qui témoignent d’une metafisica toujours opérante, s’intègrera dans le parcours des collections permanentes (niveau 2, salle 8).

Peter Doig :

Don d’une œuvre par la Société des Amis du Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, 2011.

Le dîner organisé par la Société des Amis du Musée d’Art moderne de la Ville de Paris au profit des collections permanentes va permettre cette année l’acquisition d’une grande peinture de l’artiste écossais Peter Doig*.
A l’occasion de ce don, une exposition d’une quinzaine d’œuvres récentes, composée de peintures, dessins et gravures est présentée au sein des collections. Quelques petits formats reprennent des thèmes fréquents chez l’artiste : des paysages mêlant choses vues et images empruntées. Plus nouveaux dans sa production sont les monotypes qui évoquent un corbeau. Réalisés en série, ces travaux sur papier nous renseignent sur la méthode de composition de Peter Doig : une variation, au sens musical du terme, à partir d’un motif initial (niveau 2, salle 14 bis).

Bernard Buffet :

Donation de trois œuvres par Virginie, Danielle et Nicolas Buffet, 2010.
Don d’une œuvre par Ida et Maurice Garnier, 2011.


Les collections du Musée d’Art moderne ont récemment été enrichies d’un don de trois œuvres monumentales de Bernard Buffet par Virginie, Danielle et Nicolas Buffet : Les Plages, le parasol, réalisée en 1967, Les Folles, femmes au salon, œuvre qui compte parmi les plus originales de l’artiste, La Mort 5, une de ses dernières œuvres ainsi que du don d’une imposante peinture, Les Oiseaux, le rapace (1959) par Ida et Maurice Garnier*.
Ces quatre tableaux viennent compléter les dix-sept œuvres de Bernard Buffet provenant du legs du Dr. Maurice Girardin fait à la Ville de Paris en 1953 et qui fut à l’origine du Musée d’Art moderne de la Ville de Paris. Cet ensemble est exposé dans une salle dédiée à l’artiste (niveau 2, salle 12).

NOUVELLE PRESENTATION DES COLLECTIONS PERMANENTES :


Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris présentera dès le 19 octobre une nouvelle présentation de ses collections permanentes. En respectant la chronologie des mouvements artistiques et en intégrant la valeur architecturale du bâtiment, la collection mettra en valeur sa double spécificité :

- Son ancrage parisien : pour la partie historique – du début du XXème siècle aux années 1960, le nouvel accrochage est essentiellement centré sur les mouvements artistiques dont l’activité s’est formée ou s’est exercée à Paris : le Fauvisme, l’Ecole de Paris -Marc Chagall, Chaïm Soutine et Amedeo Modigliani-, Dada avec les figures de Francis Picabia et Jean Crotti, les Arts Décoratifs parisiens des années 1930, l’Abstraction de l’entre-deux-guerres, le Surréalisme, le Réalisme de l’après-guerre, le Nouveau réalisme, ainsi qu’une salle consacrée à Etienne-Martin, don de L’Oréal en 2008.

- et le caractère international de la collection contemporaine de 1960 à nos jours : deux salles présentent l’abstraction des années 1950-1970 : Pierre Soulages, Hans Hartung, Jean Degottex, Judit Reigl, Martin Barré et Simon Hantaï, suivies de la peinture abstraite et figurative, notamment allemande : Gerhard Richter, Georg Baselitz, Sigmar Polke, Albert Oehlen, ainsi que des œuvres de Christopher Wool, Marthe Wéry, et des installations spectaculaires tel que le lustre de Cerith Wyn Evans et le Statement de Lawrence Weiner.

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur : Partager sur twitter
Partager sur Google+
L'AGENDA

Annoncez votre événement