This page is not available in your language, please, choose yours

Dominique Auerbacher - "Scratches" à la Maison Européenne de la Photographie

Publié le 28 mars 2012

Infos pratiques

Du... 4 avril 2012
Au... 17 juin 2012


7 Rue de Fourcy
75004 Paris 4

Métro Saint Paul (ligne 1)
Métro Pont Marie (ligne 7)

Le «scratch» est un terme du «deejaying» qui fait partie avec le graffiti de la culture Hip Hop. A travers ce concept, Dominique Auerbacher présente une installation murale de vingt-cinq tableaux photographiques, représentant des tags berlinois inscrits sur les vitres des métros et diffractant la lumière. Du 4 avril au 17 juin 2012 à la Maison Européenne de la Photographie.

«Scratches», corpus d'images photographiques réalisé à Berlin en 2009, manifeste de ces accumulations d'inscriptions codées, d'acronymes, gravés par des anonymes dans les vitres des transports publics qui circulent jour et nuit dans toute la ville.

La communauté invisible des taggeurs transforme les surfaces vitrées en des œuvres collectives éphémères qui m'évoquent des œuvres de l'Action painting. Les «Scratches» captent et diffractent le soleil et les lumières de la nuit; l'éclat d'un rayon dans une griffure, l'éblouissement du blanc. Les jours ternes, les «Scratches» s'estompent. A travers les jeux de leurs transparences et leurs opacités, ils révèlent et effacent, à chaque instant, des morceaux de ville.

Tout le long des trajets, dans les vitres, les perspectives et les distances basculent, le proche et le lointain s'inversent. Scratches, rues et visages, intérieur et extérieur, se superposent, les formes et les couleurs se mêlent... un bras défile sur une façade, derrière un tag une bouche riante gigantesque, l'affiche publicitaire se fait absorber par le jaune vif d'un tram, un «Don't be a maybe» traverse mon reflet.

Ces tags s'inscrivent dans la longue histoire du graffiti, des inscriptions populaires cursives, des combinaisons d'écriture et de dessins, que l'on retrouve dans de nombreuses civilisations, la Grèce antique, la cité maya de Tikal, à Pompéi... Les «Scratches» sont une des manifestations les plus récentes et les plus éphémères du graffiti, avec eux disparaît une forme de liberté d'expression de la culture urbaine underground.

«Sans la photo, le graffiti existe, mais comme s'il n'existait pas... Sans la photo, ils seraient voués à la destruction.»
Picasso in Conversations avec Picasso, publié par Brassaï en 1964.


Infos Pratiques:

Site: Maison Européenne de la Photographie

Ouvert tous les jours de 11 heures à 20 heures, sauf les lundis, mardis et jours fériés.

Plein tarif: 7 €
Tarif-réduit: 4 €

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement