This page is not available in your language, please, choose yours

L'Espagne entre deux siècles au Musée de l'Orangerie

Publié le 17 novembre 2011 Par Pauline L.
04. Ignacio Zuloaga y Zabaleta (1870-1945)
Mon oncle et mes deux cousines, 1899
Huile sur toile, 209,5 x 167,5 cm
Paris, Musée d'Orsay

Jusqu'au 9 janvier 2012, le Musée de l'Orangerie met à l'honneur la peinture espagnole du XIXème et XXème siècle. L'occasion de voir des tableaux de Zuoloaga, Camarasa, Dali, Picasso, Miró...

Quand on songe à la peinture espagnole, on pense d'abord à des artistes du Siglo de Oro (Siècle d'or espagnol) du XVIème et XVIIème siècle. Les peintre de l'époque ont su injecter dans leur art des éléments de la Renaissance italienne, tout en formant un style vraiment espagnol, original et novateur. Les grands artistes de l'époque sont Velázquez, célèbre pour ses portraits et ses paysages et Zurbarán, qui s'illustre avec ses peintures religieuses. Velázquez, Goya, Zurbarán, Le Greco, Goya, et tous les génies de la peinture espagnole ont toujours intéressé le public et les historiens de l'ombre. Empêchant ainsi les artistes du XIXème et XXème siècle d'être reconnus à leur juste valeur. Entre Goya et Picasso, que s'est-il passé en Espagne ? Un vide culturel, une absence d'œuvres marquantes ?Pas du tout. Depuis quelques années, on s'intéresse de plus en plus à cette période méconnue de l'histoire artistique espagnole. À Bordeaux, l'exposition " 50 ans d'art espagnol, 1880-1936 " a par exemple participé à remettre au goût du jour ce courant inconnu. Après Goya, les artistes espagnols ont continué à briller. L'établissement public des musées d'Orsay et de l'Orangerie et la Fondation Mapfre à Madrid s'intéressent aujourd'hui à ce fossé entre le XIXème et le XXème siècle et organisent l'exposition l'Espagne entre deux siècles, qui regroupe des œuvres de Zuloaga, Camarasa, Mir, Pinazo, Rusiñol, Echevarría, Sunyer ou Solana. Ces artistes que l'on connaît aujourd'hui si mal, ont tous fait leurs armes à Paris et ont côtoyé des artistes modernes qui sont restés célèbres comme Picasso, Gris, Dali. Leurs œuvres ne répondaient peut-être pas à une logique de modernité, mais elles sont pourtant inventives, avec un goût pour le réalisme et une identité forte. Le Musée de l'Orangerie rendra notamment hommage au peintre Zuloaga. Zuloaga a étudié à Paris, très fortement influencé par des artistes français comme Paul Gauguin et Henri de Toulouse-Lautrec. Il mêle une certaine idée de la tradition picturale espagnole (Velázquez, Goya, El Greco...) et une originalité qui a mis du temps à être acceptée par ses contemporains. Il peint une Espagne folklorique, et ses modèles sont des danseuses, des gitanes et des toreros. En son temps, il a connu une certaine gloire et a été exposé jusqu'à New York. Mais son œuvre est peu à peu tombée dans un oubli relatif. Il sera bon de replacer cet artiste à sa juste place dans l'histoire de l'art espagnol. Sera aussi mis à l'honneur Joaquin Mir Trinxet, représentant du post-modernisme et célébré pour ses paysages colorés de l'Aleixar et du Mas Pujol. L'exposition sera l'occasion de montrer que ces artistes ont été des précurseurs de mouvements du XXème siècle. Hermenegildo Anglada Camarasa, dont on verra aussi les œuvres au Musée de l'Orangerie, a par exemple injecté dans son travail les bases de ce que sera plus tard le Fauvisme, courant de peinture qui utilise des couleurs pures et vives, avec souvent de violents contrastes chromatiques. L'exposition s'intéressera aussi aux œuvres de jeunesse de deux artistes beaucoup plus connus en France : Dali et Miró. Et elle célèbrera bien sûr en toute fin de course Picasso, fondateur du cubisme et célébré comme l'un des plus grands artistes du XXème siècle. « L'Espagne entre deux siècles » s'intéresse au mouvement de la peinture espagnole vers le post-impressionisme entre 1890 et 1920. Elle investit les murs de l'Orangerie jusqu'au 9 janvier 2012.Crédit photo : Ignacio Zuloaga y Zabaleta (1870-1945)Mon oncle et mes deux cousines, 1899Paris, Musée d'Orsay© RMN (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski© ADAGP, Paris 2011

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles ART / CULTURE

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement