This page is not available in your language, please, choose yours

Grégoire Korganow à la Maison Européenne de la Photographie : exceptionnel

Publié le 9 février 2015 Par Maïlys C.
Grégoire Korganow à la Maison Européenne de la Photographie : exceptionnel

Infos pratiques

Du... 4 février 2015
Au... 5 avril 2015


7 Rue de Fourcy
75004 Paris 4

Métro Saint Paul (ligne 1)
Métro Pont Marie (ligne 7)

4,5 euros (tarif réduit)
8 euros (tarif plein)

La Maison Européenne de la Photographie réserve toujours de très belles surprises au public parisien. Cette saison hivernale, riche de quatre expositions, est tout particulièrement remarquable, notamment grâce au travail du photographe Grégoire Korganow exposé du 4 février au 5 avril 2015. Présentant deux séries très différentes, l'une constituée de doubles portraits père/fils et l'autre consacrée à un reportage dans les prisons de France, Grégoire Korganow fait montre d'une sensibilité extrême et d'une grande qualité esthétique. Inoubliable !

Père et fils est une série de portraits de pères et de fils nus, sur fond noir. Les pères ont entre 20 et 80 ans, les fils viennent de naître ou ont 50 ans. Exposés dans la vitrine de la MEP (c'est-à-dire la salle visible depuis la rue François-Miron), ces portraits sont très émouvants. Les modèles se mettent à nu au sens propre comme au figuré ; leur tendresse est palpable. Le lien éternel de la paternité est magnifiquement photographié par Grégoire Korganow : sa lumière, douce mais intense, transforme les hommes en statues et leur confère de la noblesse. Beaucoup d'amour se dégage de cette merveilleuse série. Il y a de la force, de la fragilité et de l'humanité dans chacune de ses images, où le temps et l'héritage s'écrivent dans des traits communs, dans un sourire partagé, dans une accolade amicale. Avec économie et sensualité, Grégoire Korganow livre un travail troublant, au sens universel. À voir ! 

Sa seconde série, plus abondante et s'exposant sur deux étages, est l'événement de la MEP : Grégoire Korganow a exploré les prisons de France et les raconte dans des images et quelques textes. Encore une fois ici, une grande simplicité rend son travail limpide et passionnant. Les prisons ont passionné les foules en 2014 : visite de la prison Sainte-Anne pendant les journées du patrimoine, exposition d'art contemporain dans une prison désaffectée à Avignon, travaux de détenus exposés en galerie, etc. La prison intrigue à l'heure même où elle provoque d'intenses débats dans la vie politique. 

Grégoire Korganow a observé le quotidien des détenus et le raconte avec une peine palpable : derrière les murs encrassés des prisons, à travers les vitres des parloirs, les prisonniers (dont on ne voit jamais le visage) sont des êtres fantômes, gris, dont la peau, parcourue de cicatrices et de tatouages, se frotte aux plus infranchissables murs. Il raconte les heures de promenades, l'image pâle de la télévision, les barreaux, l'insalubrité... Un très beau travail documentaire, puissant. 

Informations pratiques :

Grégoire Korganow
À la MEP, 5/7 Rue de Fourcy, Paris 4ème
Du 4 février au 5 avril 2015
Tarifs : entre 4,5 et 8 euros  

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles ART / CULTURE

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement