This page is not available in your language, please, choose yours

Florence Henri au Jeu de Paume : à voir !

Publié le 25 février 2015 Par Maïlys C.
Florence Henri au Jeu de Paume : à voir !

Infos pratiques

Du... 24 février 2015
Au... 17 mai 2015


1, place de la Concorde
75008 Paris 8

10 euros (tarif plein)
7,5 euros (tarif réduit)

Coup de coeur !

Florence Henri est exposée au Jeu de Paume du 24 février au 17 mai 2015 : cette photographe née en 1893 et morte en 1982, amie du couple Delaunay et de Fernand Léger, a expérimenté des compositions toujours plus fantaisistes pour déconstruire la photographie et l'utiliser comme bon lui semble. Un travail très stimulant à découvrir.

Des miroirs, tout d'abord. Enchevêtrées l'une dans l'autre, les images de la réalité deviennent trompeuses et irréelles. Plaçant ses amis et ses modèles au centre de glaces qu'elle photographie patiemment, expérimentant mille poses, Florence Henri photographie des cadres qui encadrent des cadres qui encadrent des cadres, jusqu'à perdre le regard du spectateur. Ses portraits s'inscrivent dans des compositions de lignes et de formes géométriques, faisant du visage l'unique repère d'une image très construite : 

"Avec la photographie, ce que je veux surtout c'est composer comme je le fais avec la peinture."

Florence Henri

Florence Henri invite à la perte de repères : utilisant des accessoires géométriques - comme des boules, des bobines, des vinyles -, jouant avec les fenêtres et les reflets, l'artiste, qui a fait partie des avant-gardes artistiques du XXème siècle, décline les motifs dans une chorégraphie rebondissante. 

Son travail affirme l'absence totale de lien entre la photographie et une quelconque fidélité à la réalité : Florence Henri joue avec les formes. Le spectateur doit alors s'abstenir de tenter de trouver un sens à l'image, pour entrer dans une perception uniquement formelle, abstraite, de ses compositions. Les fenêtres ne sont plus des fenêtres mais des rectangles ouverts sur d'autres lignes. 

Florence Henri

Dans ses paysages, elle cherche toujours le point de détail qui lui permettra d'éviter l'effet carte postale : elle renverse le point de vue, s'amuse avec le flou et crée le mouvement. Évidemment, elle expérimente le collage, art du désordre et du mélange des formes, et parvient à créer des visions de rêves. Parfois, elle photographie ses amis (les plus grands artistes de son temps !) en très gros plan (ci-dessous, Fernand Léger) : sans construction, elle parvient tout de même à donner une impression d'étrangeté grâce à un gros plan expressif, où le nez, la bouche et les yeux deviennent les personnages d'un visage, tout comme les boules et les bobines étaient les personnages de ses compositions. 

Florence Henri produit des images fascinantes, jamais simples et toujours excitantes. 

Florence Henri

Informations pratiques :

Florence Henri, miroir des avant-gardes
Au Jeu de Paume
Du 24 février au 17 mai 2015
Tarifs : 10 (plein), 7,5 (réduit)
Fermé le lundi  

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles ART / CULTURE

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement