This page is not available in your language, please, choose yours

Superdome

Publié le 29 mai 2008 Par Clément D.
Exposition, Culture, Musée, Sortiraparis, Palais de Tokyo, Superdome

Infos pratiques


13, avenue du président Wilson
75116 Paris 16

Le Superdome est un stade mythique: construit en 1975 à La Nouvelle-Orléans (Louisiane), il a accueilli de nombreux Super Bowls (la finale du championnat de football américain), un concert des Rolling Stones, le pape Jean-Paul II, la Convention Républicaine et les réfugiés de l’ouragan Katrina. Paradoxal, le Superdome jette un pont entre le divertissement le plus grand et la détresse absolue.


S'inspirant de cette logique additionnelle et schizophrénique d'un "I can get no satisfaction" et d'un "Notre Père qui êtes aux cieux", Marc-Olivier Wahler propose "Superdome", une nouvelle session réunissant cinq expositions personnelles oscillant entre spectacle et vanités, décibels et prières, high-tech et chaos, dans la continuité du programme d'expositions testant la notion d'élasticité de l'œuvre d'art entamé au Palais de Tokyo avec Cinq milliards d'années.

Daniel Firman - "Würsa (à 18 000 km de la terre)"
Daniel Firman est l'une des figures importantes de la scène artistique française.
Participant régulièrement à de nombreuses expositions tant personnelles que collectives, en France aussi bien qu'à l'étranger, il a su en plus d'une décennie déployer un langage formel unique, s'intéressant tout particulièrement à la question des corps et de leur équilibre.
"Würsa (à 18 000 km de la terre)" est une création inédite réalisée spécialement pour le Palais de Tokyo dans le cadre de la session Superdome. Un impossible équilibre. À 18 000 km de la terre, l'éléphant Würsa pourrait tenir en équilibre sur sa trompe.
En pénétrant dans un grand espace blanc et vide, le visiteur se trouve face à cette créature de taille réelle, dont l'équilibre précaire semble le mettre en danger - qui osera s'approcher de "Würsa" ?
Fabien Giraud et Raphaël Siboni - "Last Manoeuvres in the dark"
Par des processus d'hybridation et le reparamétrage de pratiques issues de la sous-culture pop, Fabien Giraud et Raphaël Siboni explorent et dérèglent ces croyances en des puissances artificielles, allant de la "Force" du côté obscur au Pogo Straight Edge, en passant par les concours de Tuning SPL. Leur travail consiste à amplifier ces rituels contemporains, produisant des formes aberrantes et boursouflées, vision futuriste angoissante d'un "entertainment" culturel généralisé qu'ils préconisent. Pour "Superdome", une armée de Dark Vadors, dotée d'une intelligence artificielle maléfique, compose le tube des Ténèbres. L'installation se compose de trois cents répliques en terre cuite noire émaillée du casque de Dark Vador, héros maléfique suprême de la trilogie "Star Wars", créée par Georges Lucas en 1977.
Le casque de Dark Vador, figure ultime et unique du Vilain est ici mis en série, infini comme cette courbe de noirceur régissant un processus musical à la recherche du Mal absolu. Que devient la figure du plus Vilain lorsque celle-ci est légion ?
Jonathan Monk - "Time Between Spaces"
"Quelle est l'heure de la lune ?" se demande Jonathan Monk qui émet l'hypothèse que la lune est réglée sur l'heure de Houston (Texas) car c'est la mission Apollo qui l'aurait déterminée.
À l'image de ces deux espaces synchronisés, cette exposition prendra place dans deux institutions artistiques différentes: le Palais de Tokyo et le Musée d'art moderne de la ville de Paris - Arc, toutes deux voisines dans le même bâtiment. Quelle position un artiste peut-il tenir après les gestes héroïques des pionniers de la modernité ? Comment continuer après la tabula rasa des avant-gardes ? Jonathan Monk rompt avec le modèle traditionnel de l'œuvre unique. Sous le signe de la duplicité Jonathan Monk profite de cette opportunité pour produire une exposition stéréo dans un contexte où le temps serait élastique et les œuvres démultipliées. Des œuvres de l'exposition seront en deux versions différentes. Certaines performances ou installations seront en deux parties et relieront les deux institutions. D'œuvres en œuvres un fil d'Ariane invisible relie les deux espaces. Chacune des parties de l'exposition résonnera de l'autre.
Christoph Büchel - "Dump"
Pour Superdome l'artiste Christoph Büchel présente les installations de la série "Dump".



VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles ART / CULTURE

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement