This page is not available in your language, please, choose yours

dans la ville chinoise, regards sur les mutations d'un empire

Publié le 9 juin 2008 Par Clément D.

Infos pratiques


Place du Trocadéro ,
75116 Paris 16

En août auront lieu à Pékin les Jeux Olympiques 2008, suivis en 2010 par l'Exposition universelle de Shanghai. Ces deux villes ont fait l'objet d'une métamorphose architecturale et urbaine sans précédent dans l'histoire du monde par son ampleur et sa rapidité.

Un mouvement qui a touché toute la Chine et a profondément modifié la vie de centaines de millions d'habitants. C'est à cette Chine urbaine que la Cité de l'architecture & du patrimoine consacre l'exposition "Dans la ville chinoise". Première de son espèce, elle a l'ambition de donner les clefs de compréhension d'un phénomène souvent occulté par une vision touristique, une forme d'inquiétude économique, une forme d'innocence enfin devant les mécanismes à l'oeuvre dans l'Empire du Milieu.
C'est une Chine vivante, foisonnante, surprenante qui sera présentée de juin à septembre 2008, sur environ 2 000 m2, dans les galeries d'expositions temporaires et les galeries d'actualité de la Cité au palais de Chaillot. La Cité a confié le commissariat de l'exposition à Françoise Ged, responsable de l'Observatoire de l'Architecture de la Chine Contemporaine (OACC) et à Frédéric Edelmann, journaliste au Monde qui, depuis dix ans, accompagne l'Observatoire dans ses recherches sur la ville, l'architecture et le patrimoine, en liaison avec les plus grandes universités du pays. La scénographie a été élaborée par l'architecte catalan Enric Massip.
L'exposition, dont le projet général a été proposé par Frédéric Edelmann, s'inspire d'une phrase tirée du Chinois de la Douleur de l'écrivain autrichien Peter Handke : « Ferme les yeux et le noir des caractères va faire apparaître les lumières de la ville ». Elle se divise schématiquement en trois ensembles :
Le premier illustre l'histoire de la Chine urbaine et son accélération au XXe siècle jusqu'à sa métamorphose au cours des dix dernières années.
Le second ensemble permet d'explorer 6 villes, 6 mégapoles, connues, comme Shanghai et Pékin, célèbres, comme Suzhou et Xi'an, ou méconnues, comme la conurbation qui va de Canton à Shenzhen, dans le détroit de la Rivière des Perles. Enfin, la ville de tous les vertiges, Chongqing, près du gigantesque barrage des Trois Gorges.
Librement accessible dans les galeries d'actualité de la Cité, un troisième ensemble, intitulé Positions, dresse le portrait de la nouvelle génération d'architectes chinois, à travers une quarantaine de réalisations remarquables, produites de 2003 à 2008. Ces dernières viennent en contrepoint des grandes réalisations du Pékin contemporain, confiées pour la plupart à de grandes signatures étrangères (Koolhaas, Herzog et De Meuron, Foster, Andreu...).
Coproduite avec le Centre de Culture Contemporaine de Barcelone (CCCB), l'exposition présentera plusieurs pièces majeures. Certaines sont prêtées par des institutions chinoises, notamment un plan-relief de l'Institut d'Urbanisme de Pékin, qui n'était jamais sorti de Chine, ainsi que des maquettes de construction prêtées par l'université de Tongji, à Shanghai, ou l'Institut National des Biens Culturels. D'autres proviennent de collections françaises publiques, comme les musées Guimet et Cernuschi (Paris), le Musée Départemental Albert Kahn (Boulogne-Billancourt), ou privées (Dautresme, Fava,...). Une grande majorité des photographies permettant d'illustrer le propos de cette épopée urbaine nous vient de photographes chinois et sont des oeuvres pour la plupart inconnues du public. Enfin, la collaboration étroite avec le CCCB a permis de donner une dimension cinématographique majeure à l'ensemble. Le cinéaste Jia Zhangke, Lion d'or du festival de Venise en 2006 pour le film Still life, a orchestré le travail de 4 de ses confrères sur autant de villes symboliques de la métamorphose contemporaine. Et les équipes du CCCB ont mis au service du projet leur expertise dans le domaine de la prise de vues et du montage audiovisuel.

Exposition coproduite par la Cité de l'architecture & du patrimoine / Institut français d'architecture (Ifa)
et le Centre de Culture Contemporaine de Barcelone (CCCB)

© Palais de Chayot


VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles ART / CULTURE

Commentaires

2 commentaires

  • Avatar de laofat

    laofat le 09/08/08 à 14h51

    On ne peut pas ne pas être impressionné par cette métamorphose fulgurante, même si tout n’est pas parfait, notamment sur le plan de la préservation des vieux quartiers.

  • Avatar de jean-pierre

    jean-pierre le 08/08/08 à 00h31

    C'est un véritable bouleversement qui a été opéré dans ces deux villes chinoises. A forme d'aller à marche forcé vers le modernisme, on s'arrache de ces racines. Pour Shanghai il reste la concession française qui est intacte et pout Pékin depuis trois ans un effort est fait pour sauver les quartiers typiques de l'ancienne ville. Dans cette marche forcée ils ne prennent pas en compte notre expérience et nos problèmes actuels de banlieue y découlant. A voir pour l'avenir...

L'AGENDA

Annoncez votre événement