This page is not available in your language, please, choose yours

Le Voyage de Fanny : critique et bande-annonce de ce très joli film

Publié le 21 mai 2016 Par Maïlys C.
Le voyage de Fanny : gagnez vos places !

Infos pratiques

Du... 18 mai 2016
Au... 28 juin 2016

En salles le 18 mai 2016

Le Voyage de Fanny, en salles depuis le 18 mai 2016, est sans aucun doute l'un des films les plus chouettes à voir en famille actuellement. Il raconte l'histoire d'une jeune fille, Fanny, qui se retrouve tout d'un coup à la tête d'une expédition particulière, pendant la Seconde Guerre mondiale : elle doit mener un groupe d'enfants en Suisse.

La barbarie nazie ne s'est pas arrêtée devant les enfants, bien au contraire. Dès le début des hostilités, dans les années 30, les familles juives envoient leurs enfants dans des camps de vacances pas comme les autres, qui les protègent de la chasse à l'homme entreprise par les soldats d'Hitler et les tiennent à l'écart de l'horreur qui se joue dans les villes d'Europe. Fanny et sa petite soeur font partie des enfants volontairement éloignés de leurs parents : si Fanny résiste à la tristesse en vivant ses premiers émois d'adolescente dans ce qui ressemble fort à une jolie colonie de vacances, sa petite soeur, elle, ne peut pas dormir seule et pleure souvent.

Mais le camp ne les protègent pas si bien, et alors tout le petit groupe d'enfants est obligé de fuir pour rejoindre la Suisse, terrain neutre où aucun soldat ne tambourine à la porte pour vous emmener dans les camps de la mort. La directrice (Cécile de France, adorable et forte comme toujours) les aide à monter dans le train par un subterfuge habile, mais ne réapparaît pas au bout du trajet : les enfants vont alors devoir se débrouiller seuls à travers les champs, poursuivis par les policiers français et par la hantise froide d'être arrêtés.

Le voyage de Fanny : gagnez vos places !

Le génie du film dirigé par Lola Doillon est l'esthétique douce de ses images, qui ressemblent parfois à cette très belle toile de Vallotton, Le Ballon : les enfants courant à travers les prairies et les champs de maïs, se perchant dans un arbre pour échapper aux policiers ou se mettant à courir derrière des billets envolés, toutes ses images magnifiques ont le génie d'alléger le propos et d'inviter le jeu et l'innocence au coeur même du drame.

Les jeunes acteurs sont excellents : les plus petits sont adorables et jolis à pleurer, quand les plus grands (Léonie Souchaud et Ryan Brodie) sont étonnants de charisme et de justesse, déployant une palette de jeu très intéressante. Le film est donc une réussite, une vraie, qui vous émeut et vous charme. Et qui enchantera les enfants à partir de 6 ans. 

Bande-annonce :

Informations pratiques :

Le voyage de Fanny,
En salles le 18 mai 2016 

QUIZZ

Sortiraparis offre 5 X 2 places pour aller voir "Le Voyage de Fanny" au cinéma.

Pour gagner, repondez à cette question et si vous faites un sans-faute vous pourrez participer au tirage au sort qui déterminera les gagnants.

Le voyage de Fanny : gagnez vos places !

Quiz terminé. Les gagnants seront bientôt tirés au sort, revenez prochainement !

Comment s'appelle la réalisatrice du Voyage de Fanny ?

A propos de ce jeu
Début du jeu: 11/05/2016
Fin du jeu: 17/05/2016
voir le règlement

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

Nos articles ENFANT ET FAMILLE

Commentaires

1 commentaire

  • Avatar de mianne

    mianne le 21/06/16 à 18h37

    Après « au-revoir les enfants » , voici « le voyage de Fanny », encore un film sur les malheurs des enfants juifs dont les parents avaient été déportés vers les camps de la mort hitlériens, et une fois de plus pas un mot sur les enfants tziganes dont les parents partageaient alors le même sort . Au procès de l'infâme préfet Papon, l'avocat Arno Klarsfeld a estimé non recevables les témoignages des familles des victimes tziganes déportées dans les mêmes wagons et exécutées dans les mêmes chambres à gaz que les juifs, n'acceptant que les témoignages juifs comme si les vies de toutes les victimes n'avaient pas la même valeur . Ecoeurant .
    Ainsi, le poète tzigane Poulouche ( Jean-Louis Bauer), aujourd'hui décédé , représentant des familles des victimes tziganes de Papon, a été empêché par Arno Klarsfeld d'apporter son témoignage au procès de Papon . Et pourtant, jeune enfant, Poulouche dormait avec les siens à même le sol cimenté du camp de rétention de la route de Limoges, à Poitiers, réservé aux familles juives et tziganes, avant que les membres de sa familles soient déportés par Papon vers les camps de la mort
    Ce film, tout comme la discrimination d'Arno Klarsfeld, la littérature, la presse et tous les médias, semble participer au même crime d'effacer de la mémoire collective et des livres d'Histoire le génocide qu'ont subi les Tziganes en Allemagne et en France sous l'occupation hitlérienne afin d'accorder faussement aux juifs l'exclusivité de la victimisation dans un but évidemment politique au bénéfice de l'état 'Israël et de ceux qui ont eu intérêt à sa création en 1948.
    Il aurait suffi à Lola Doyon d'inclure un ou deux enfants tziganes et un ou deux enfants de déportés communistes dans son groupe d'enfants pour respecter ce devoir de mémoire .

L'AGENDA

Annoncez votre événement