This page is not available in your language, please, choose yours

Et op ! l'Atlas au Musée en Herbe

Publié le 08/06/12 Par Saisie A.
Partager sur twitter
Partager sur Google+
Et op ! l'Atlas au Musée en Herbe

Infos pratiques

Du 12/06/2012 au 08/07/2012

Musée en Herbe
21 rue Hérold
75001 Paris 1

10 euros
5 euros

L'atlas et son filleul Benjamin Laading débarquent avec «Persistence» au Musée en Herbe dans le cadre des expositions "Et Op!" du 12 juin au 8 juillet 2012.

Quatrième exposition pour Et Op! avec la venue de L’Atlas et de son filleul Benjamin Laading au sein de Ma Première Galerie. Avec «Persistence», l’artiste réussit à nous surprendre avec brio. Nos rétines ne seront que troublées par ses grilles en damiers qui mettent en scène, soit de gauche à droite, soit autour d’un axe, la typographie de son nom d’artiste: L’ATLAS. L’artiste joue avec nos perceptions et nous invite à décrypter, à déchiffrer! Les toiles répondent à la lumière noire plongeant le spectateur dans une ambiance fluorescente, qui séduira les petits comme les grands!

L’Atlas, de son vrai nom Jules Dedet Granel, est un artiste français né en 1978. Figure majeure du Street-art, et artiste-typographe, il s’intéresse particulièrement au koufi, écriture géométrique dont il transpose les codes dans l’alphabet latin. Attiré depuis toujours par les cartes et le voyage, sa démarche artistique fut marquée dès l’enfance par les livres d’astronomie et de géographie dont l’esthétique le marque profondément. C’est de cet univers qu’il doit son nom, mis en scène dans la plupart de ses oeuvres. Après avoir marqué les sols et les murs des villes avec d’immenses boussoles et des labyrinthes, l’Atlas prend le chemin de l’art cinétique et de l’abstraction géométrique.

Son filleul Benjamin Laading

Artiste aux multiples facettes, Benjamin Laading questionne sur l’institutionnalisation de l’art urbain et la sacralisation des grafittis , acte pourtant répréhensible par la loi. En traitant de la position paradoxale du street-art dans le paysage contemporain, l’artiste place le contraste au coeur de ses créations. En opposant la civilisation et la jungle, la raison et l’abstraction ou encore le cadre et l’espace, il amène une réflexion nouvelle qui renvoit à nos propres doutes, à nos propres conflits .

Benjamin Laading présente son travail comme «une vitre entre deux mondes»; c’est ainsi qu’il réussit à créer sa propre illusion. Il a obtenu en 2008 le Diplôme Villa Arson à l’École nationale supérieure d’art de Nice et a repensé, notamment, le tag de l’artiste Babou. Passionné de typographie, c’est tout naturellement qu’il s’est rapproché de l’Atlas qui le parraine au sein de Ma Première Galerie.

Infos Pratiques:

Site: Musée en herbe

Ma Première Galerie est située au premier étage du Musée en Herbe.
Ouverte toute la semaine, de 10h à 19h - nocturne le jeudi jusque 21h.
Tarif : de 5 € à 10 €

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur : Partager sur twitter
Partager sur Google+

Nos articles ENFANT ET FAMILLE sur sortiraparis.com

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA