This page is not available in your language, please, choose yours

Ouverture du mama shelter hôtel à paris 20 ème

Publié le 8 septembre 2008 Par Laurent L.
Mama Shelter hôtel

Le luxe et le design continuent de s'implanter dans les quartiers populaires. Depuis le 5 septembre, un nouveau concept d'hôtel urbain 3 étoiles de 172 chambres vient d'ouvrir à Paris, face au célèbre bar Flèche d'or dans le 20 ème.

Imaginé par la famille Trigano et Cyril Aouizerate et dessiné par Philippe Starck, le Mama Shelter affiche des lignes graphiques et une déco résolument urbaines. Les chambres sont équipées d'une literie luxueuse et de I-Macs entre autres. L'établissement jouit également d'un grand bar équipé doublé d'un "Chic Chic Bar", d'une brasserie, d'un restaurant, d'une scène ou encore de très jolies terrasses privatives où vous pourrez croiser des poètes américains, peintres japonais ou encore des écrivains d'Amérique Latine...
...Article Infosbar


VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles HÔTELS ET RESTAURANTS

Commentaires

8 commentaires

  • Avatar de lelilab

    lelilab le 12/11/09 à 13h42

    Le Mama Shelter, c’est comme à la cantine… mais plus cher et branché !
    Mardi soir, veille du 11 novembre, à l’occasion de l’anniversaire d’une amie, je me suis retrouvé avec 15 autres personnes au Mama Shelter. Bon, je dois avouer qu’avant d’y manger, j’avais déjà des aprioris sur ce temple de la bobocuisine du 20ème en face de la Flèche d’Or… navigation sur les blogs de critiques oblige ! Ok, aussi, je n’aime pas Starck et c’est lui qui a fait la déco, un mauvais point ! Valerie damidot et Starck sur ce coup, même combat ! Et je ne vous parle pas des fautes d’orthographes sur le plafond transformé en tableau noir géant ! Nous sommes donc arrivés excités à 21heures dans un restaurant blindé, avons été placé dépités à 22heures sur une longue et étroite table dont le plateau était constitué d’une suite d’écrans qui diffusaient des infos en continu. Oula ! La fausse bonne idée ! La table était brûlante faisant presque bouillir les carafes d’eau. Un petit garçon de 5 ans en face de moi était presque cuit à la fin de la soirée, les joues en feu ! Sa sœur limite rissolée ! Les cocktails et le vin sont arrivés après une demi-heure d’attente. Un bon point, les cocktails ne sont pas mauvais, mais il faut les boire vite avant qu’ils ne bouillonnent (et oui, à cause de la table hé hé). Bon un peu trop de glaçons quand même histoire de diminuer l’alcool et d’en commander un deuxième! Le vin, moyen moyen moyen (trois fois !). Les entrées quant à elles sont arrivées de façon aléatoire toutes les 30 minutes. Je n’ai mangé la mienne qu’à 23 heures et j’ai été obligé avec mon ami d’annuler nos plats principaux. Pour nous faire patienter on nous a apporté des plats que nous n’avions pas commandé (les moins chers de la carte !). Le serveur qui n’était certainement pas passé par un lycée hôtelier et qui devait avoir oublié la moitié de son cerveau dans les vestiaires même s’il était très souriant et gentil se confondait en excuses nous demandant chaque fois qu’il passait ce qu’il nous manquait… Après lui avoir dit 6 fois (si si sans mentir !) que nous n’avions pas eu nos lentilles œufs mollets, on a finit par l’envoyer se faire cuire un œuf ! Le service, zéro pointé. On vous fait circuler les assiettes comme à la cantine, vous faites passer aux autres dans la joie et l’allégresse, vas-y que je te sers du vin blanc dans ton verre où il te reste du rouge, vas-y que je débarrasse la table comme à la maison ! Bon, passons aux choses sérieuses, la qualité de la cuisine ! Alors là, limite. Ok, le concept comme à la cantine (cocottes Staub, verres avec votre âge derrière, assiettes usées etc.) c’est rigolo mais ce n’est pas bon !!! Mais alors vraiment ! Je ne me targue pas d’être un fin gastronome mais quand même, à ce prix ! La même chose dans un restaurant sans prétention avec une carte à 12 euros je suis preneur mais pas à 50 euros ! Non ! Mon entrée, les lentilles œuf mollet : Trop de moutarde, passable, mais franchement pas besoin de venir dans un resto chic avec voiturier à l’autre bout de Paris pour avaler ça. Le Parmentier de canard dans son grand plat familial (tellement chaud que tous mes amis ont depuis la bouche cloquée… après deux heures d’attente on avait faim !) vraiment pas de quoi casser trois pattes à un canard. Les coquilles St Jacques farcies, presque du Picard, vraiment ! J’ai gouté aussi les coquillettes au jambon (et oui CONCEPT) et miracle, miam, elles avaient bien le goût des coquillettes jambon, ni plus ni moins ! Certaines assiettes sur la table sont restées pleines. Les frittes maison à peine grignotées. Venons-en aux desserts ! Alors, nous étions tellement mécontents (et y’avait de quoi !) que le directeur nous a généreusement offert sa pompeuse « farandole » de desserts pour se faire pardonner. Et, encore une fois nous avons tous été déçu : un ananas tranché au gout d’ananas pas de surprise, des madeleines saupoudrées de sucre glace (pas de Proust car je les ai déjà oublié), une glace au chocolat (saveur dannette) et une à la vanille très sucrée et un baba au rhum sec (sans le rhum… un peu comme les cocktails…). En somme, un restaurant à éviter ! MERDE, la cuisine est quand même contrôlée par un ancien trois étoiles ! Le vrai bon point, on a bien rigolé et puis l’addition qui devait être salée (plus de 50 euros par personne) a été allégée par le patron histoire de se faire définitivement pardonner et surtout que des critiques comme la mienne ne finissent par sur le net. Loupé ! Moi, je ne m’explique la présence de monde dans ce restaurant que par le côté branché et l’espace. L’ambiance est, je dois l’avouer, très bonne. Pour boire un cocktail (à 14 euros le verre) entre amis, peut être cool ! Toutes les critiques sur le net sont sévères, seules les critiques sur les magazines essayent de le sauver… Pour terminer, je dirais que ce que je déteste le plus quand je suis au restaurant après le goût des plats c'est de voir les assiettes arriver en décalées, devoir attendre 30 minutes que ses amis soient servi pour manger, devoir passer son temps à réclamer ses plats, devoir appeler sans cesse le serveur, devoir se bourrer de pain pour patienter etc.

    Comme à la cantine? De par mon expérience, je dirais plutot sans comparaison avec la cantine au niveau rapidité !

  • Avatar de lelilab

    lelilab le 12/11/09 à 13h40

    Vraiment une unanimité à ce point là ça fait peur !

  • Avatar de manumanu

    manumanu le 12/11/09 à 11h08

    Le Mama Shelter, c’est comme à la cantine… mais plus cher et branché !
    Mardi soir, veille du 11 novembre, à l’occasion de l’anniversaire d’une amie, je me suis retrouvé avec 15 autres personnes au Mama Shelter. Bon, je dois avouer qu’avant d’y manger, j’avais déjà des aprioris sur ce temple de la bobocuisine du 20ème en face de la Flèche d’Or… navigation sur les blogs de critiques oblige ! Ok, aussi, je n’aime pas Starck et c’est lui qui a fait la déco, un mauvais point ! Valerie damidot et Starck sur ce coup, même combat ! Et je ne vous parle pas des fautes d’orthographes sur le plafond transformé en tableau noir géant ! Nous sommes donc arrivés excités à 21heures dans un restaurant blindé, avons été placé dépités à 22heures sur une longue et étroite table dont le plateau était constitué d’une suite d’écrans qui diffusaient des infos en continu. Oula ! La fausse bonne idée ! La table était brûlante faisant presque bouillir les carafes d’eau. Un petit garçon de 5 ans en face de moi était presque cuit à la fin de la soirée, les joues en feu ! Sa sœur limite rissolée ! Les cocktails et le vin sont arrivés après une demi-heure d’attente. Un bon point, les cocktails ne sont pas mauvais, mais il faut les boire vite avant qu’ils ne bouillonnent (et oui, à cause de la table hé hé). Bon un peu trop de glaçons quand même histoire de diminuer l’alcool et d’en commander un deuxième! Le vin, moyen moyen moyen (trois fois !). Les entrées quant à elles sont arrivées de façon aléatoire toutes les 30 minutes. Je n’ai mangé la mienne qu’à 23 heures et j’ai été obligé avec mon ami d’annuler nos plats principaux. Pour nous faire patienter on nous a apporté des plats que nous n’avions pas commandé (les moins chers de la carte !). Le serveur qui n’était certainement pas passé par un lycée hôtelier et qui devait avoir oublié la moitié de son cerveau dans les vestiaires même s’il était très souriant et gentil se confondait en excuses nous demandant chaque fois qu’il passait ce qu’il nous manquait… Après lui avoir dit 6 fois (si si sans mentir !) que nous n’avions pas eu nos lentilles œufs mollets, on a finit par l’envoyer se faire cuire un œuf ! Le service, zéro pointé. On vous fait circuler les assiettes comme à la cantine, vous faites passer aux autres dans la joie et l’allégresse, vas-y que je te sers du vin blanc dans ton verre où il te reste du rouge, vas-y que je débarrasse la table comme à la maison ! Bon, passons aux choses sérieuses, la qualité de la cuisine ! Alors là, limite. Ok, le concept comme à la cantine (cocottes Staub, verres avec votre âge derrière, assiettes usées etc.) c’est rigolo mais ce n’est pas bon !!! Mais alors vraiment ! Je ne me targue pas d’être un fin gastronome mais quand même, à ce prix ! La même chose dans un restaurant sans prétention avec une carte à 12 euros je suis preneur mais pas à 50 euros ! Non ! Mon entrée, les lentilles œuf mollet : Trop de moutarde, passable, mais franchement pas besoin de venir dans un resto chic avec voiturier à l’autre bout de Paris pour avaler ça. Le Parmentier de canard dans son grand plat familial (tellement chaud que tous mes amis ont depuis la bouche cloquée… après deux heures d’attente on avait faim !) vraiment pas de quoi casser trois pattes à un canard. Les coquilles St Jacques farcies, presque du Picard, vraiment ! J’ai gouté aussi les coquillettes au jambon (et oui CONCEPT) et miracle, miam, elles avaient bien le goût des coquillettes jambon, ni plus ni moins ! Certaines assiettes sur la table sont restées pleines. Les frittes maison à peine grignotées. Venons-en aux desserts ! Alors, nous étions tellement mécontents (et y’avait de quoi !) que le directeur nous a généreusement offert sa pompeuse « farandole » de desserts pour se faire pardonner. Et, encore une fois nous avons tous été déçu : un ananas tranché au gout d’ananas pas de surprise, des madeleines saupoudrées de sucre glace (pas de Proust car je les ai déjà oublié), une glace au chocolat (saveur dannette) et une à la vanille très sucrée et un baba au rhum sec (sans le rhum… un peu comme les cocktails…). En somme, un restaurant à éviter ! MERDE, la cuisine est quand même contrôlée par un ancien trois étoiles ! Le vrai bon point, on a bien rigolé et puis l’addition qui devait être salée (plus de 50 euros par personne) a été allégée par le patron histoire de se faire définitivement pardonner et surtout que des critiques comme la mienne ne finissent par sur le net. Loupé ! Moi, je ne m’explique la présence de monde dans ce restaurant que par le côté branché et l’espace. L’ambiance est, je dois l’avouer, très bonne. Pour boire un cocktail (à 14 euros le verre) entre amis, peut être cool ! Toutes les critiques sur le net sont sévères, seules les critiques sur les magazines essayent de le sauver… Pour terminer, je dirais que ce que je déteste le plus quand je suis au restaurant après le goût des plats c'est de voir les assiettes arriver en décalées, devoir attendre 30 minutes que ses amis soient servi pour manger, devoir passer son temps à réclamer ses plats, devoir appeler sans cesse le serveur, devoir se bourrer de pain pour patienter etc.

  • Avatar de raleur

    raleur le 27/08/09 à 14h15

    Je sais bien que seuls les mécontents prennent la peine de communiquer leur déception, mais je me joins à ce concert de critiques : ce 27/08/09 réservation pour 4 acceptée en terrasse. A l'arrivée en Rdc filtre soupconneux et acheminement par ascenseur, accompagnés d'une hotesse, (des fois que nous fomentions un mauvais coup) ( à noter un étage à pieds par une sorte d'escalier de service). A l'arrivée difficultés à trouver notre table et on nous impose une table d'hote assortie de bancs que la serveuse a eu le plus grand mal à retirer de dessous la table. Table et bancs sales de taches de graisse. Un jeune stagiaire nous informe dans sa langue maternelle (Anglais) qu'il est chargé de prendre la commande des boissons, à nous ensuite d'aller nous servir a volonté au comptoir (crudité, piéce de boeuf BBQ ou sardines ou saumon BBQ, maïs grillé ou PdT en papier alu, patisseries, fruits) avec une bouteille de vin et une d'eau minérale (carafe interdite) : 50€ par tête !! A noter les difficultés à se déplacer entre les tables et les lits (eh oui!)sur lesquels sont vautrés des parents et leur marmaille en train de baffrer. Ah! j'oubliais : verres assiettes et couverts en plastique (vive le développement durable)
    Peut-être le temple de la bobo attitude
    mais en tous cas endroit à fuir. Pour voir des créatifs s'éclater il y a des musées !

  • Avatar de Pedro75

    Pedro75 le 08/08/09 à 11h35

    Mama Shelter : diner masochiste chez ta mère !

    Dès la première tentative de réservation par téléphone, vous le sentiez : ça ne va pas être gagné. Et pourtant vous persistez et à la troisième tentative : bingo ! Vous avez réservé une table pour 2 en terrasse. Dommage car en arrivant le soir, « l’hôtesse d’accueil » au regard et au ton soupçonneux ne vous trouve pas sur son registre mais fait des miracles en vous trouvant une table sur une terrasse quasi-déserte en ce soir de 7 août.
    Et là une série noire s’annonce.

    La déco signée Stark : très convenue mais pas désagréable. On passe.

    Le service : dans le genre « voilà tout ce qui ne faut pas faire ».
    Négligent : les plats n’arrivent pas en même temps.
    Limite : se trompe de vin et me le reproche (pas de ma faute si 2 vins Argentins un blanc et un rouge, portent le même nom).
    Lent : 30 minutes d’attente pour commander un dessert auquel nous renonçons finalement.
    Suicidaire : critique ouvertement le Chef qui « n’est pas cool. »

    Les plats
    Une bonne surprise : ils sont copieux. Mais de fait, ils écœurent car la carte signée Senderens ne fait pas dans la dentelle : cela manque de légèreté et de finesse. Je me suis forcé à finir mon Poulet caramélisé à la coriandre et légumes verts pourtant alléchant de prime abord.
    Le rapport qualité prix est lamentable : 101 € à deux sans dessert ni apéritif avec une bouteille de vin tout de même.

    En résumé : allez y boire un verre par curiosité cela vous épargnera comme moi d’avoir le sentiment désagréable de vous être fait avoir par une campagne de buzz bien orchestrée.

  • Avatar de madamelamaline

    madamelamaline le 02/08/09 à 14h48

    Lamentable!!!
    Nous avions réservé pour 23h donc 2ème service, quand nous sommes arrivées nous avons eu la table desuite par contre la serveuse n'est venue prendre notre commande qu'à 23h45 en nous pressant car la cuisine allait fermé. A 00h30 ne voyant rien arrivé nous avons demandé à un serveur ou était notre commande car notre serveuse avait disparu. Au bout de 10 minutes elle est arrivée en nous demandant si elle avait pris notre commande ?????????? On lui a dit que oui cela faisait plus de 3/4 heure, en fait elle est partie en pause sans passer notre commande ce qui fait que nous n'avons pas pu manger car la cuisine était fermée. Ca se prétend être un restaurant et ils ne sont même pas capable de servir leur client, en plus la carte est loin d'être géniale. A éviter !!!!!

  • Avatar de solange11

    solange11 le 09/03/09 à 10h44

    Le Mama Shelter correspond à ce qu'on attend de la nouvelle adresse hype / design de Paris... malheureusement! Si la décoration est très réussie, la cuisine s'avère extrêmement décevante. Malgré la caution d'un chef étoilé, on a le droit, selon les cas à « déguster » : des frites industrielles, un poulet sec, une entrecôte tiédasse ou une blanquette qui arrivera 30 minutes après les autres plats! Et le service n'est pas en reste, puisqu'il faut, pendant tout le repas, batailler pour se faire servir par un personnel débordé (40 minutes pour réussir à commander, 30 minutes pour daigner avoir une carafe d'eau, etc.) qui se permet également de faire des réflexions au client. Il faut dire que le personnel n'a pas tort de prendre ses clients pour des pigeons, puisque c'est effectivement ce qu'on est, à payer 50 euros par personne pour un repas aussi décevant...
    Pour profiter du cadre, un seul conseil : s'arrêter à l'apéritif!

  • Avatar de sisco92

    sisco92 le 07/02/09 à 20h23

    Très bel endroit, brunch un peu cher pour le contenu dans l'assiette, service lamentable et personnel absolument pas à la hauteur d'un tel endroit... Merci pour les 2 verres de vin et les 3 cafés oubliés dans l'addition. On reviendra, mais plus tard.....

L'AGENDA

Annoncez votre événement