This page is not available in your language, please, choose yours

Freegan Pony : la cantine solidaire et citoyenne

Publié le 21 février 2016 Par Bastien J.
Freegan Pony : cantine solidaire et citoyenne

Infos pratiques


Place Auguste Baron
75019 Paris 19

Porte de la vilette (Ligne 7)

1-50 euros (prix libre)
3-5 euros (boissons)

Quelle belle initiative que celle du Freegan Pony : proposer 4 soirs par semaine des menus uniques à prix libre élaborés à partir d'invendus du marché de Rungis, le tout dans un lieu atypique situé sous le périphérique de porte de la Villette. Un projet que l'on souhaite se pérenniser et etre soutenu par la Mairie de Paris.

Crée il y'a 2 ans le projet associatif Freegan Pony a investi depuis novembre un espace inoccupé de 1000m2 sous le périphérique de porte de la Villette pour le transformer en cantine participative où du vendredi au lundi soir sont servis des repas végétariens composés des invendus du marché de Rungis. L'idée ici est de sensibiliser sur le gaspillage alimentaire. Nous avons rencontré là-bas Gilia Bataille et son équipe de joyeux lurons.

Au Pony on accède pas si facilement, ça se mérite. Tout commence sur la page Facebook de l'asso. Les réservations sont ouvertes le mardi à 18H et cette semaine c'est annoncé complet en moins de 2H. Nous recevons un email nous expliquant les origines et les objectifs du projet ainsi qu'un plan et une photo pour trouver l'endroit.

Le soir venu nous descendons à Porte de la Villette, passons devant la salle du Glaz'art et quelques mètres après, sous le périphérique, une grande porte en métal sur laquelle est peint le fameux poney. Nous y sommes.



Le lieu est atypique: de cet immense espace bétonné et glacial (il fait quasi la même température qu'a l'extérieur)  l'équipe du Freegan Pony en a fait un lieu chaleureux avec son bar en bois, ses grandes tables, canapés et déco de récup.


Derrière le bar, les bénévoles s'affairent déjà pour préparer le repas du soir.
"Tous les soirs on a un chef différent. Ce soir c'est Olivier Picard, un chef spécialisé dans le végétal qu'on voulait avoir depuis longtemps." nous explique Gilia Bataille



Ici pas de service, on est appelés, on vient chercher son plat et on ramène la vaisselle sale quand on a terminé. 



En entrée, un potage de légumes, puis courgettes crumble et salade de fenouil, et un excellent carrot cake glace chocolat pour finir. Entre temps on a complètement oublié qu'il s'agissait de produits qui auraient du finir à la poubelle. Mission accomplie. Il est temps de réfléchir à notre gaspillage quotidien et à l'utilisation que l'on peut en faire. A la fin du repas, pas d'addition, on donne ce que l'on peut suivant ses moyens.



Venez au Freegan Pony
faire vivre cette belle cause, en souhaitant qu'elle se pérennise dans le temps et que d'autres suivront.

Informations pratiques:

Freegan Pony
Place Auguste Baron
75019 Paris
Réservations: https://www.facebook.com/Freegan-Pony-1627473020835867/ 

--- QUELQUES QUESTIONS AVEC GILIA BATAILLE, FONDATRICE DU FREEGAN PONY ---

La naissance du projet "Moi je viens de Paris, j'ai fait mes études ici et en parallèle je me suis intéressé au milieu des squats, j'ai rencontré Aladin avec qui on a imaginé ce projet il y'a deux ans en étant Freegan c'est à dire qu'on vivait de la recup pour des raisons financière mais aussi idéologiques. On s'est demandés ce qu'il pouvait y avoir chez les plus gros commerçants donc on a été à Rungis et en voyant les quantités énormes jetées par les grossistes on s'est dit pourquoi pas ouvrir un restau, c'est de là qu'est née l'idée"

Le lieu "En avril on est arrivés ici, on a commencé à chercher des partenaires, aménager le lieu. Au départ je bossai encore dans un restaurant et aujourd'hui c'est devenu un job à plein temps."

Les relations avec la mairie "Cette semaine il y'a un procès lié au squat et au fait de s'être installés dans un lieu qui appartient à la mairie de Paris mais on est en discussions avec les élus pour obtenir un bail d'occupation temporaire et payer un loyer"

L'écologie et le gaspillage "Le sujet de l'écologie et du gaspillage dans les grandes boites et les écoles de commerce ça vient au fur et à mesure, ça commence à germer dans les têtes (...) il existe des entreprises comme écosphère et phénix qui sont un lien entre les associations et les commerces, supermarchés, grossistes auxquels ils proposent de redistribuer leurs marchandises invendues"
 

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

Nos articles HÔTELS ET RESTAURANTS

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement