This page is not available in your language, please, choose yours

Simplon venitian orient express, histoire d'un mythe.

Publié le 20 août 2008 Par Laurent L.
Orient express

VENICE SIMPLON ORIENT EXPRESS ...UN PEU D'HISTOIRE

4 octobre 1883 : un train quitte Paris, Gare de Strasbourg (ex Gare de l’Est), destination la Roumanie. Ce train, qui transporte une quarantaine de passagers invités par le constructeur belge Georges Nagelmackers, est l’Orient-Express.

20 ans auparavant, Georges Mortimer Pullman, le constructeur américain de chemins de fer, avait inventé un nouveau wagon qui, par sa conception et sa technologie, allait révolutionner à jamais l'idée du voyage en train. Pullman avait trouvé la solution au problème des longs voyages en train : construire un wagon qui offrait la possibilité de passer la nuit à bord. Pullman avait dessiné pour cela une voiture spacieuse avec des banquettes transformables en lit.

Après plusieurs tentatives, Georges Nagelmackers commença dès les années 1870 à construire un train luxueux, sur la base des trains Pullman en circulation en Grande-Bretagne. En 1881, il leur rajoute un wagon-restaurant, grande première dans un train continental. À l'âge de trente-huit ans, Nagelmackers réalise enfin son rêve le 4 octobre 1883. Le premier train couchette de l'histoire de l'Europe continentale quitte le quai de la Gare de Strasbourg à Paris, pour arriver à Giurgiu en Roumanie via Vienne, Budapest et Bucarest. L'histoire du légendaire Orient-Express commençait.

À la fin du siècle dernier, les voyageurs de l'Orient-Express parcouraient plus de 1 500 kilomètres, de Paris à Constantinople, en seulement 2 jours et 3 nuits. Le 30 mai 1906, fut inauguré le tunnel du Simplon, reliant la Suisse à l'Italie, rapprochant ainsi Paris de Venise. L'Orient-Express permettait désormais de relier directement Paris à Constantinople via Venise et Trieste. Il prit alors le nom de Simplon-Orient-Express.

La fin du 19ème siècle et les années 1920, puis 1930, furent les années de gloire du Simplon-Orient-Express : les aristocrates et les "puissants", les milliardaires américains et les princes russes, les gens connus et les espions utilisaient "Le Train des Rois, le Roi des Trains" pour leurs voyages. C'est dans ces années qu'Agatha Christie signa son best-seller "Le Crime de l'Orient-Express". Si, en 1929, le train fut réellement bloqué pour l'unique fois de son histoire dans une terrible tempête de neige pendant quatre jours près de la frontière turque, jamais aucun meurtre ne fut commis à bord !

La légende du Simplon-Orient-Express n'est pas née uniquement de faits divers et de littérature, mais aussi d'événements tragiques : c'est dans la voiture 2419 que fut signée en novembre 1918 la reddition des Allemands à Compiègne ; cette même voiture fut utilisée par Hitler pour la signature de l'armistice avec les Français en 1940. Le wagon fut ensuite acheminé en Allemagne et détruit par les S.S. en 1945.

La Deuxième Guerre Mondiale arrêta le développement du Simplon-Orient-Express, au moment où il atteignait son apogée. Sur l'ensemble des lignes desservies par le Simplon-Orient-Express, circulait en 1939 une centaine de wagons, tous conçus avec la même recherche de beauté et de confort. Le train reprit son service en 1945, mais uniquement jusqu'à Trieste.

Le climat politique et économique d'après guerre et l'explosion des transports aériens accélérèrent le déclin de la ligne et malgré les efforts de gestion, en mai 1977, le Simplon-Orient-Express s'arrêta définitivement.

La même année, en octobre 1977, James Sherwood, président de Sea Containers Ltd et de la société Orient-Express Hotels, acheta lors d'une vente de Sotheby à Monte-Carlo 2 voitures du Simplon-Orient-Express.

En quelques années, James Sherwood dépensa plus de 11 millions de livres pour acquérir auprès de collectionneurs et de musées 35 voitures, et pour les réaménager. Toutes les voitures furent entièrement restaurées et décorées selon le style et les couleurs originelles du Simplon-Orient-Express, la décoration interieure fut supervisée dans les moindres détails par Gérard Gallet à Paris. Il fallut près de 5 ans d'un travail minutieux pour que ces voitures, véritables chefs-d'oeuvre, retrouvent toute leur splendeur.

Et enfin, le 25 mai 1982, James Sherwood fit revivre la légende du Venice Simplon-Orient-Express...



VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles LOISIRS

Commentaires

7 commentaires

  • Avatar de Lune26

    Lune26 le 09/02/09 à 19h15

    Non, ce n'est pas un simple train, mais un mythe qui a fait rêver et fait encore rêver !!
    Par contre, faut mieux éviter de parler à un Allemand de la voiture 2419 !

  • Avatar de ysanaland

    ysanaland le 09/02/09 à 16h43

  • Avatar de Floralie1

    Floralie1 le 09/02/09 à 16h19

    ysanaland, de quelle histoire parles-tu (lol) ?

  • Avatar de ysanaland

    ysanaland le 08/02/09 à 20h14

  • Avatar de Floralie1

    Floralie1 le 27/01/09 à 17h52

    Au fait, il y a Pullman qui rêve d'embarquer sur l'OE ! Il a bien choisit son pseudo. Ne serait-pas là 1 appel à 1 rencontre avec 1 gente damoiselle ? Comme le dit si bien jose92 des personnes devraient se reconnaître...

  • Avatar de kuku40

    kuku40 le 27/11/08 à 13h01

    "Le Crime de l'Orient-Express pour Noel

  • Avatar de jose92

    jose92 le 11/10/08 à 10h28

    L'Orient Express : que de souvenirs à bord de ce train, entre tournages du genre d'Agatha Christie, de multiples intrigues et de rendez-vous amoureux, des personnes devraient se reconnaître...

L'AGENDA

Annoncez votre événement