This page is not available in your language, please, choose yours

Metin erksan à la cinémathèque française

Publié le 24 février 2010
Metin Erksan
cinémathèque française

Infos pratiques

Du... 24 mars 2010
Au... 5 avril 2010


51 rue de Bercy
75012 Paris 12

Il est le chef de file du cinéma réaliste turc. Son œuvre, riche de plus de quarante titres, conjugue l’engagement social avec la réflexion métaphysique. C'est pourquoi la Cinémathèque Française lui rend hommage avec une rétrospective, en partenariat avec Culturesfrance, dans le cadre de la Saison de la Turquie en France. Du 24 mars au 5 avril 2010.

"Metin Erksan est né le 1er janvier 1929. Très jeune passionné de cinéma, il débute, après avoir étudié l'histoire de l'art à l'Université d'Istanbul, comme assistant-réalisateur et scénariste. Il est également critique de cinéma. Son frère aîné, cinéaste confirmé, lui favorise l'entrée dans la profession.
Pour lui, le cinéma est un art à part entière, une opinion qui s'oppose à la conception du cinéma en Turquie dans les années 1950 où celui-ci est uniquement considéré comme un divertissement commercial.

Il signe son premier film en 1952. Hayati est une biographie du poète aveugle Asik Veysel. Ce premier long métrage sera interdit par la censure qui considérait qu'il donnait une mauvaise image de la Turquie.
A partir de 1960, il contribue à la création d'un authentique réalisme social dans le cinéma avec des films comme Un été sans eau, qui obtiendra l'Ours d'or au festival de Berlin en 1960, ou La Vengeance des serpents (1962), tous deux décrivant la vie du monde rural anatolien.
Mais à ce réalisme, déterminé par un engagement politique marqué à gauche, s'ajoute une dimension métaphysique (son oeuvre est hantée par le combat du bien et du mal) et un intérêt marqué pour des thèmes « modernes » (la solitude et l'incommunicabilité) déjà présents dans des films comme Le Héros de neuf montagnes (1958) et La Blessure de la séparation (1959).
Celui qui a dit « La raison, l'intelligence et la logique n'ont aucune valeur sans l'imagination » est aussi un peintre de passions violentes. Mais parallèlement à la création de son oeuvre personnelle, Metin Erksan n'a pas cessé de réaliser des films populaires, une direction qui s'accentuera après 1965. La fin de sa carrière est marquée par la réalisation de feuilletons et de dramatiques pour la télévision. Metin Erksan a réalisé une quarantaine de films. La rétrospective qui lui est consacrée présentera une dizaine de longs métrages ainsi que quelques moyens métrages produits pour la télévision turque."
Jean-François Rauger
Plus d'informations sur la programmation ici




VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement