This page is not available in your language, please, choose yours

Diamant noir : critique et bande-annonce

Publié le 6 juin 2016 Par Céleste L.
Diamant noir : une pépite avec Niels Schneider

Infos pratiques

Du... 8 juin 2016
Au... 13 juillet 2016

En salles le 8 juin 2016

Diamant noir, en salles le 8 juin 2016, est un film d'Arthur Harari à l'atmosphère visuelle singulière et à l'intrigue captivante. Nous y retrouvons notamment August Diehl, Hans Peter Cloos et Niels Schneider, pour une tragédie familiale des plus réussies et des plus renseignées dans le milieu des diamantaires. Une petite pépite au casting éclectique à découvrir sans plus tarder !

Tel un diamant ou un acteur brillant, Niels Schneider a lui aussi plusieurs facettes. Dans Diamant noir, le nouveau long métrage d'Arthur Harari, le jeune comédien ne ressemble en rien à l'amant angélique aux boucles blondes des Amours imaginaires de Xavier Dolan. Le réalisateur a astucieusement choisi de mettre en valeur la violence troublante du personnage, quasiment jamais exploitée dans ses rôles jusqu'à présent. Cheveux plaqués en arrière, yeux rouges, visage grave et grise mine : les présages d'un film plutôt noir et tragique.  

Et effectivement, les thèmes et sentiments qu'aborde Diamant noir n'ont rien de léger. Violence, mort, rancoeurs familiales, vengeance, déchéance, bannissement, amertume et perte de contrôle : un cocktail plutôt chargé pour le jeune Pier (Niels Schneider), pseudo-ouvrier et larcin à Paris, subitement rattrapé par son passé à la mort de son père, et exilé chez son cousin à Anvers pour le venger. 
 

Diamant noir : une pépite avec Niels Schneider

A ses côtés, nous retrouvons le très bon August Diehl (notamment vu dans le mythique Inglorious Basterds de Tarantino) dans le rôle du cousin épileptique, la resplendissante Raphaële Godin, sa femme, ainsi que Hans Peter Cloos dans la peau de l'oncle rigide, à demi-coupable de l'accident du père de Pier. 
 

Diamant noir : une pépite signée Arthur Harari

Ce qui submerge d'abord dans cette sombre chronique familiale, c'est sa dimension émotionnelle et mentale - créée en grande partie par son atmosphère visuelle singulière et ses répliques bien senties. L'image du film a quelque chose de tranché, de lyrique, d'incarné de de et fragile à la fois ; en deux temps trois mouvements, elle fait pénétrer le spectateur dans un monde romanesque et captive son attention sur le champs - tandis que sa musique, un thème obsédant, vient donner plus d'intensité encore au récit.

Frôlant parfois le documentaire sur le milieu des diamantaires, cette tragédie familiale emprunte les chemins du film noir pour mieux nous séduire et nous bouleverser. Car Diamant Noir reste un film d'une grande violence mentale, mais aussi un film d'une grande richesse, aux multiples facettes - tantôt terrifiant, tantôt agonisant, tantôt beau et fascinant. 
 

Diamant noir : une pépite signée Arthur Harari 

Synopsis :

Pier Ulmann vivote à Paris, entre chantiers et larcins qu’il commet pour le compte de Rachid, sa seule "famille". Son histoire le rattrape le jour où son père est retrouvé mort dans la rue, après une longue déchéance. Bête noire d’une riche famille de diamantaires basée à Anvers, il ne lui laisse rien, à part l'histoire de son bannissement par les Ulmann et une soif amère de vengeance. Sur l’invitation de son cousin Gabi, Pier se rend à Anvers pour rénover les bureaux de la prestigieuse firme Ulmann. La consigne de Rachid est simple : « Tu vas là-bas pour voir, et pour prendre. » Mais un diamant a beaucoup de facettes…
 

Infos pratiques :
Diamant noir d'Arthur Harari
En salles le 8 juin 2016 

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

Nos articles LOISIRS

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement