This page is not available in your language, please, choose yours

Mensonges d'etat

Publié le 21 novembre 2008

Le monde subit une crise de paranoïa comme jamais vue auparavant. Après le 11 septembre 2001, sept ans déjà, les Etats Unis d’Amérique battent en la matière un record du monde.

Réalisateur : Ridley Scott.

Genre : Thriller, Espionnage.

Avec : Leonardo DiCaprio, Russell Crowe, Mark Strong.

Durée : 2h08.

Agressés sur leur propre sol par des terroristes, ils ont lancé une guerre contre les terroristes, contre l’axe du mal, se considérant eux-mêmes comme l’axe du bien. Mais qu’est-ce un terroriste ? Quelqu’un qui emploie la violence dans un but politique. Et là réside la subtilité, car tout dépend de quel côté l’on se place. Peut-on considérer les résistants au régime nazi comme des terroristes ou les Israéliens, avant que leur état ne soit accepté par la communauté internationale, usant de violence contre L’Angleterre, maître de cette partie du monde à l’époque ? Ces violences sont le résultat d’une violence physique, morale, militaire et économique d’une autre puissance. Qui est dans son bon droit ? Nul ne le sait, puisque chaque partie se retranche derrière son Dieu qui est meilleur que l’autre et auquel on doit tous respect et obéissance.

C’est dans ce contexte que ce film se déroule, développant des intrigues scabreuses pour atteindre l’objectif visé. Si les américains et leurs alliés ont pour eux les dernières technologies pour surveiller le monde, les autres prônent le contact direct, l’endoctrinement, la peur, la manipulation. Ce cocktail d’armes provoque des situations de malaise qui plonge le spectateur dans l’expectative : Encore une fois, qui est dans son droit ? Confiance, trahison, mensonges d’état, cynisme sont là pour mener les deux mondes où intégristes musulmans répondent aux évangélistes chrétiens.

Ridley Scott reste sur cette corde raide fragile, ne s’impliquant pour aucune cause, ne voulant juger aucune partie. Sérieux, méticuleux, le scénario laisse transpirer cette dualité éphémère qui trouble chaque acteur de cet épisode guerrier, si celui-ci a su conserver en lui une once de conscience. Un film dur, violent, bien mené, un peu complexe mais qui est à l’image du conflit.


VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles LOISIRS

Commentaires

2 commentaires

  • Avatar de crcrcr

    crcrcr le 25/11/08 à 15h42

    Ridley Scott signe toujours des réalisation de qualité. Le thème délicat de ce film doit être manipulé avec précaution, l'équipe du film semble en avoir les compétence. Espérons que le scénario mène les esprits vers de nouvelles réflexions.

  • Avatar de jose92

    jose92 le 21/11/08 à 16h06

    Après le remarquable Américan Gangster,grandeur et décadence d'un Afro-Américain,gros bonnet de la drogue ,Ridley Scott nous entraîne dans un haletant suspense d'espionnage au proche-orient...

L'AGENDA

Annoncez votre événement