This page is not available in your language, please, choose yours

Slumdog millionaire : des dollars pour les bidonvilles

Publié le 17 avril 2009 Par Elodie N.
Danny Boyle, Slumdog Millionaire, Hollywood, Cinéma, Oscars

Danny Boyle a annoncé hier qu'il allait verser plusieurs centaines de milliers de dollars pour aider les enfants de Mumbai.

C'est bien sympa d'avoir montré au monde entier les horreurs des bidonvilles de Bombay, mais maintenant il s'agirait de rendre la monnaie de leur pièce aux petits enfants indiens. C'est en tout cas ce que semble penser Danny Boyle, le réalisateur de « Slumdog Millionaire », qui a décidé de leur faire un don de 747 500 dollars, soit 567 350 euros (vous noterez la précision de la somme, il chipote un peu le Danny je trouve).
Cet argent, versé à l'association caritative Plan, doit aider les enfants de Mumbaï, la capitale de l'état du Maharashtra en Inde, dont on a pu voir les conditions de vie atroces dans le film oscarisé. Il contribuera à scolariser 5 000 enfants des bidonvilles au cours des cinq prochaines années.
« Ayant tellement profité de l'hospitalité de la population, ce n'est que justice qu'une partie des recettes du film soit reversée à la ville, dans les quartiers qui en ont le plus besoin et là où il peut vraiment changer des vies », explique Danny Boyle dans un communiqué.
Il faut dire que les critiques ont été assez dures avec le réalisateur de Trainspotting, à qui l'on a reproché d'exploiter la misère de la population des bidonvilles. Ce généreux don apparait donc comme plus ou moins légitime quand on sait que le film aux huit Oscars a rapporté quelques 200 millions de dollars de recettes aux studios hollywoodiens...




VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles LOISIRS

Commentaires

8 commentaires

  • Avatar de anthurium

    anthurium le 15/05/09 à 12h58

    la suite.... article du figaro de ce jour

    Des employés de la ville de Mumbai, ex-Bombay, ont rasé au bulldozer la maison de l'enfant vedette du film "Slumdog Millionaire" hier, parmi de nombreuses baraques du bidonville jetées à bas.

    Azharuddin Mohammed Ismail dormait quand un policier l'a réveillé en lui ordonnant de quitter leur maison de famille, a-t-il déclaré. Peu après, la cabane était écrasée avec une trentaine d'autres. "Un policier a pris une canne de bambou pour me frapper, et j'ai eu peur", a témoigné l'enfant de 10 ans. Les autorités ont promis de les reloger quelque part, probablement dans une périphérie trop lointaine pour travailler.

    8 oscars et 326 millions de dollars de recettes au box-office ont changé peu de choses à la vie des deux enfants stars, Azhar et Rubina Ali, passés du bidonville aux paillettes. Ils ont été arrosés de cadeaux et ont connu une brève gloire, mais leur quotidien n'a pas évolué.

    Hier matin, des employés municipaux flanqués de policiers sont venu sans préavis raser le bidonville. "Ils sont venus sans prévenir. Nous n'avons même pas eu l'occasion d'emporter nos affaires", déplore Shameen Ismail, la mère d'Azhar, qui vivait là depuis plus de 15 ans. Mais le terrain ne lui appartient pas.

    Un employé de la ville a précisé que l'abattage de ce quartier de baraques illégales était une mesure préventive avant la mousson.

    Les réalisateurs du film "Slumdog Millionaire" disent avoir fait tout ce qu'ils pouvaient pour les jeunes stars. Ils ont monté une fondation, Jai Ho, d'après le titre de la chanson du film, pour que les enfants aient une vraie maison, une bonne éducation et un petit pécule quand ils finiront l'école. Ils ont donné 747.500 dollars (548.619 euros) aux associations charitables qui soutiennent les enfants des bidonvilles de Mumbai. Le producteur Christian Colson refuse de préciser le montant mis de côté pour les enfants, afin d'éviter qu'ils ne fassent l'objet de convoitises et soient exploités.

  • Avatar de -SK-

    -SK- le 19/04/09 à 19h57

    Après toutes les polémiques dont il a fait l'objet, il avait pas trop le choix question légitimité.

  • Avatar de cathmas

    cathmas le 19/04/09 à 01h52

    Le cinéma sert à informer ou à dénoncer la misère et non pas à profiter par des retombées financières du malheur d'autrui. Ce geste paraît donc plus que légitime.

    De nombreux films traitent de sujets comme la misère, la maladie, le handicap etc...les réalisateurs, producteurs ne font pas de don d'argent pour autant. Beau geste donc, qui je l'espère sera suivi.
    Le cinéma sert aussi à divertir, rêver...

  • Avatar de jean-pierre

    jean-pierre le 18/04/09 à 16h59

    Je n'ai pas été clair, dans ce film, la philosophie que l'on peut tirer est: ce sont les multiples expériences dans les bidonvilles qui lui ont permis de gagner au jeu, donc s'il se scolarise et il ne va pas pouvoir gagner CQFD.

  • Avatar de jose92

    jose92 le 18/04/09 à 10h09

    Je pense qu'il y a eu pression !!!

  • Avatar de celki

    celki le 18/04/09 à 07h39

    J'ai pas tout compris: la scolarisation amènerait au risque de triompher à qui veut gagner des millions ???

  • Avatar de jean-pierre

    jean-pierre le 17/04/09 à 12h29

    C'est une bonne chose pour ces jeunes des bidonvilles, mais ils vont perdre de leurs connaissances acquises dans les bidonvilles pour triompher à qui veux gagner des millions...

  • Avatar de crcrcr

    crcrcr le 17/04/09 à 12h07

    Le cinéma sert à informer ou à dénoncer la misère et non pas à profiter par des retombées financières du malheur d'autrui. Ce geste paraît donc plus que légitime.

L'AGENDA

Annoncez votre événement