This page is not available in your language, please, choose yours

LOL vs LOL USA

Publié le 12 septembre 2012 Par Mélanie B.

Liza Azuelo nous revient avec un LOL made in america. Alors, les teenagers outre-outlantique rient-ils plus fort que les nôtres ? La réponse en 5 points.

LOL sans être un chef d'œuvre du cinéma français, se laissait gentiment regarder. Surtout parce qu'il avait une histoire et un contexte : l'adolescente de la Boum jouant désormais le rôle d'une maman aux prises avec SON adolescente, un Paris, deux générations. LOL en somme c'est la suite de l'héritage Marceau, pourquoi le transposer à Chicago, sans histoire, sans contexte ? Demi Moore, ex GI stripteaseuse devenue maman, Miley Cyrus passant de la case Disney à la case lycée ? Pourquoi je ne sais pas, alors voyons plutôt comment !

Les dialogues.
Parfois limités (" trop pas ! "), les personnages de LOL en devenaient un peu caricaturaux. Paradoxalement, ils confèrent au film sa charmante spontanéité. (Vous avez déjà établi la communication avec un ado 2.0 ? Ceux-là sont frappant de vérité). Une verve acerbe parfois même combinée à la gestuelle : Lola traitant sa mère de s..., Lola se déchaînant sur son ex petit-ami. Que d'énergie cette Lola décidément. Dans sa version anglophone, elle perd un peu de sa vitalité. Lola aurait-elle peur de se casser un ongle ?! 

Des blagues Ctrl C - Ctrl V.
Des piques moins piquants ; à ce détail près, les répliques sont littéralement les mêmes. Faisons évidemment l'impasse sur le vecteur dvd qui devient hannibal vecteur. Même blagues, même chutes. Les ados, premières victimes de la mondialisation ?

Techno-logic.
La faute aux nouvelles techniques de communication et au fameux world wide web ? A Chicago, on a depuis longtemps laissé tomber msn pour facebook. Quant au portable, il occupe désormais plus de place dans la vie de Lola. Bien qu'elle n'ait toujours pas de i-phone, elle fait toujours des Klin avec sa maman par écran interposé. Au fait Msn, ça n'était pas déjà has been en 2009 ?

Love is in the Hair.
Question look, on s'attardera d'avantage sur la masse capillaire que sur les vêtements. A Paris, Arthur et Maël auraient pu planquer n'importe quoi dans leur chevelure ondoyante. A Chicago, le cheveu est toujours aussi nombreux mais d'avantage discipliné, on ne plaisante pas avec ça. D'ailleurs, si le boys band s'appelle toujours No Shampoo, l'allusion est moins assumée chez Chad et Kyle. Tant mieux !

Que font les parents ?
Les parents ont moins de souci à se faire chez LOL USA, leurs adolescents ne sortent pas en douce le soir pour aller en boite. Sinon, évidemment, ici, ailleurs, les géniteurs sont partout pareils : divorcés, inquiets, perturbés... De vrais adolescents pour leurs enfants. lol

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles LOISIRS

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement