This page is not available in your language, please, choose yours

Do not Disturb : le film de la semaine

Publié le 1 octobre 2012 Par Mélanie B.

Portée par François Cluzet et réalisée par Yvan Attal, l'adaptation française de Humpday, Do Not Disturb, un porno artistique entre les deux acteurs, vous attend cette semaine en salles.

A la fois réalisateur et acteur de Do Not Disturb, Yvan Attal interprète le rôle de Ben, un urbaniste marié, qui projette d'avoir un enfant avec Anna, quand débarque dans sa vie, un vieil ami des Beaux Arts et infatigable baroudeur, Jeff, joué par François Cluzet. Un soir de cuite, ils s'accordent sur un projet de film qu'ils souhaitent présenter au festival américain Hump : un porno artistique qui mettrait en scène leur amitié, sans remettre en question leur (hétéro)sexualité. Défi, pari, œuvre d'art, les deux amis s'embarquent dans une promesse qui finit d'avantage par leur lier les mains plutôt que leur amitié. Pourtant, si l'un est rangé et le second " socialement " plus dérangé, chacun espère pouvoir repousser ses limites, dépasser ses peurs... au profit de l'Art. 

Du délire de soirée, ils franchissent le cap d'un serment déraisonné. Les deux amis semblent chacun attendre que l'autre se défile. Peut-être imaginent-ils que c'est Anna qui va mettre un terme à ce projet et leur éviter de remettre leur parole en question. Après tout, qu'est-il supposé se passer dans cette chambre qu'ils ont réservé et où ils sont supposés filmer leur " relation ". S'ils ont d'abord imaginé ce projet à quatre, ils sont trois à se retrouver concernés par l'impact d'une telle possibilité mais finalement, ils ne sont que deux à devoir le concrétiser. A mesure que Do Not Disturb avance, la tension monte ; le spectateur ressent l'absurdité du projet, sa dangerosité aussi puisque Ben et Jeff ne veulent pas faire marche arrière. 

Qui de l'amitié, du couple ou de leur sexualité aura raison de cette idée ? Qui de l'amitié, du couple ou de leur sexualité résistera à cette idée ? Remake du film indépendant américain Humpday, cette adaptation reste dans la lignée de ses origines : une amitié dont les protagonistes perdent le contrôle. Si on passe de tensions en révélations, l'un des meilleurs moments de cette adaptation est indéniablement une scène imaginée par Yvan Attal où Jeff et Ben se retrouvent en cellule de dégrisement avec Joey Starr

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles LOISIRS

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement