This page is not available in your language, please, choose yours

Rétrospective Alexander Kluge à la Cinémathèque française

Publié le 22 avril 2013 Par Julien A.
Rétrospective Alexander Kluge

Infos pratiques

Du... 24 avril 2013
Au... 3 juin 2013


51 Rue de Bercy
75012 Paris 12

3 euros (- 18 ans)
5 euros (Tarif réduit)
6,50 euros (Plein Tarif)

La Cinémathèque française organise du 24 avril au 3 juin 2013 une grande rétrospective Alexander Kluge, l'occasion de (re)découvrir l'oeuvre de ce grand cinéaste Allemand

Le Nouveau Cinéma Allemand doit beaucoup à Alexander Kluge dont Anita G. (1966), est une des premières et des plus représentatives manifestations. C'est pourquoi  la Cinémathèque française vous propose de découvrir le cinéma Allemand au travers de cette grande rétrospective Alexander Kluge du 24 avril au 3 juin 2013.

Né en 1932, d'abord juriste travaillant pour l'Ecole de Francfort et collaborateur d'Adorno, Kluge tourne ses premiers courts métrages au début des années 60, avant de signer le Manifeste d'Oberhausen qui annonce la « mort du vieux cinéma » et sa confiance dans les forces du « jeune cinéma allemand », de Schlöndorff, Fleischmann, Reitz, Schamoni, Nestler. Le cinéaste-juriste en sera bientôt le principal défenseur auprès des pouvoirs publics afin de favoriser les aides à la création d'œuvres peu appréciées de l'industrie du divertissement. Ses deux premiers longs métrages, Anita G. (1966) et Les Artistes sous le chapiteau : perplexes (1967) imposent un style utilisant le morcellement narratif, l'insertion d'images d'archives et la dérision et ils créent deux premiers portraits de femmes rebelles, essentielles à l'œuvre.

Puis suit une série de courts métrages expérimentaux et didactiques, avant le retour à partir de 1973 au long métrage, avec Travaux occasionnels d'une esclave puis Dans le danger et la plus grande détresse, le juste milieu apporte la mort, où la fiction magistralement éclatée est toujours tissée d'inserts, de plans documentaires et de citations. En 1975, Ferdinand le radical revient à la forme plus classique d'un apologue quasi-brechtien afin de décrire le délire sécuritaire contemporain. Son héros, responsable de sécurité trop perfectionniste, organise des attentats pour convaincre ses chefs de la nécessité de politiques répressives.

Kluge est peu après le maître d'œuvre de trois films collectifs essentiels. En 1977, L'Allemagne en automne forme la réponse des cinéastes à la violence terroriste et celle de l'Etat, qui ont culminé quelques mois auparavant dans l'assassinat du patron des patrons allemands, le détournement d'avion à Mogadiscio et la mort en prison des dirigeants de la Fraction Armée Rouge. Dans cette œuvre, Kluge filme les obsèques officielles de Hans-Martin Schleyer et celles d'Andreas Baader et Gudrun Ensslin, tandis que Volker Schlöndorff met en abîme l'Antigone de Sophocle et que Rainer Fassbinder se filme avec son amant et avec sa mère. Contre Franz Josef Strauss, candidat de la droite la plus conservatrice à la chancellerie, Le Candidat est ensuite un film de combat. Enfin, l'admirable Guerre et Paix sollicite en 1983 documentaire, archives, fiction traditionnelle et saynètes burlesques pour condamner la course aux armements et décrire la situation de l'Allemagne divisée prise entre les deux blocs.

Jusqu'en 1986, fidèle au principe d'alternance de divers types d'œuvres qui fait partie de son projet, Kluge réalise par ailleurs quatre longs métrages consacrés au deuil impossible de l'histoire allemande, à la dislocation des relations amoureuses dans le monde contemporain, et à l'assaut du temps capitaliste contre le temps humain. Films complexes tissés de matériaux hétérogènes, ce sont La Patriote, Le Pouvoir des sentiments, L'Attaque du présent contre le temps qui reste et Informations diverses.

Temps fort de la rétrospective:

Samedi 27 Avril 2013 à 15h00 - Films "[Films-minutes en 65mm]" et "Anita G." + Leçon de cinéma "Kluge par Kluge"

  • [Films-minutes en 65 mm] de Alexander Kluge
    Hommage rendu au celluloïd, en huit films-minutes tournés initialement en 65mm, réalisé dans le cadre du Festival de Venise.
  • Anita G. de Alexander Kluge
    Avec Alexandra Kluge, Günter Mack, Eva Maria Meinecke.
    Anita G. veut fuir la RDA. La valise à la main, elle fait des rencontres qui lui font découvrir un pays étranger : la République fédérale de l'année 1966.

  • Leçon de cinéma « Kluge par Kluge »
    À la suite de la projection des films, rencontre avec Alexander Kluge.
    « Réaliser des films est une activité rigoureusement anti-académique, c'est un métier impertinent, à fondements historiques, mais inconstant. Il y a suffisamment de divertissements soignés, de problèmes bien traités, comme si le cinéma était une promenade à travers les chemins tout tracés d'un parc. Respecter l'interdiction de s'écarter des sentiers battus a déjà voué à l'échec plus d'une révolution allemande. Il ne faut pas redoubler de précautions. » Alexander Kluge, 1984


Retrouver le programme complet ici

Infos Pratiques:

Site officiel: Rétrospective Alexander Kluge

Du 24 avril au 3 juin 2013
La Cinémathèque française
Plein tarif: 6,5€ - Tarif réduit et billets couplés: 5€ - Moins de 18 ans: 3€ - Forfait Atout Prix ou Carte CinÉtudiant: 4,5€ - Libre Pass: Accès libre.


VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles LOISIRS

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement