This page is not available in your language, please, choose yours

Hungry Hearts : critique et bande-annonce

Publié le 23 février 2015 Par Maïlys C.
Hungry Hearts : critique et bande-annonce

Infos pratiques

Le... 25 février 2015

Hungry Hearts, en salles le 25 février 2015, est un film italien réalisé par Saverio Costanzo, avec Adam Driver et Alba Rohrwacher. Jude et Mina se rencontrent dans les toilettes d'un restaurant ; de leurs sourires gênés naît une histoire d'amour, célébrée lors d'un grand mariage. Puis, Mina tombe enceinte. Tout est parfait si ce n'est que Mina impose un mode de vie très particulier à son enfant, convaincu qu'il est spécial... Quitte à le mettre en danger. Un film étonnant et gracieux.

Hungry Hearts, ou les coeurs affamés. Mina (Alba Rohrwacher) est le genre de femme avec qui on ne peut que désirer vivre d'amour et d'eau fraîche : sa peau transparente, ses poignets fins, ses vêtements légers, tout en elle est si délicat qu'on craint de la briser rien qu'en la regardant trop longuement. Jude (Adam Driver, repéré dans la série Girls) est un géant face à elle, un géant de tendresse et d'amour. Fou d'elle, il est son gardien et son amant. Folle, elle est le bourreau d'elle-même et de son enfant.

Mina est végétalienne et ne se nourrit que des quelques légumes cultivés sur le toit de leur immeuble new-yorkais. Sous-alimentée lorsqu'elle est enceinte, elle devient une mère obsédée par le bien-être de son enfant, bien-être qu'elle croit fondé sur un éloignement systématique des médecins, de la viande et du monde extérieur. Rapidement, Jude s'aperçoit du mal immense que fait Mina à leur enfant, qui ne grandit pas et se retrouve en grave danger. Il se met alors à agir en cachette, pour nourrir le petit et l'emmener voir un docteur. La mère de Jude assiste au manège de son fils avec désapprobation et se met à en vouloir à Mina. Cette dernière, hors du monde, bascule petit à petit dans la folie... 

Notre avis sur le film : 

Les images délicates de Hungry Hearts saisissent les débuts amoureux d'un jeune couple, puis la tendresse d'une mère pour son bébé et enfin le réflexe salvateur d'un père, héros modeste mais infiniment peiné de ne pouvoir vivre normalement avec sa femme et son enfant. Mêlant un réalisme doux à l'histoire d'une folie mystérieuse, Hungry Hearts séduit par sa profondeur et la fragilité de ses personnages, dans une gradation lente mais furieusement efficace : le bonheur conjugal se noircit petit à petit et Jude et Mina s'opposent, dos à dos. 

La caméra, très douce au départ, se déforme de plus en plus, se précipitant sur les acteurs, tordant leurs traits dans des gros plans excessifs et réduisant leur petit monde amoureux à un microcosme étouffant et menaçant. L'image de Mina jouant gentiment avec le bébé n'est rapidement plus qu'un lointain souvenir : on ne voit que le bébé emporté, dans les bras de l'un ou de l'autre, vers ce que chacun croit être le meilleur mode de vie. 

Passionnant et atypique, Hungry Hearts décrit deux folies parallèles, car si Mina n'a pas tort de se méfier de l'industrie médicale et animale, elle est tout de même en dehors du monde, désocialisée. La fin tragique clôt le combat de manière cruelle, achevant de faire de Hungry Hearts une surprise poignante. 

Bande-annonce : 


Informations pratiques : 

Hungry Hearts 
En salles le 25 février 2015 

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles LOISIRS

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement