This page is not available in your language, please, choose yours

Le salon who's next regarde dans le rétro

Publié le 6 septembre 2008
el ganso

Le vintage revient à la mode paraît-il … C’est parti, on reprend les mêmes et on recommence. Voici pour vous une petite sélection de vintage au style british : EL GANSO, DANIEL CREMIEUX 1938, MASTERPIECE. Des chemises en lin rayées à col blanc, des vestes à carreaux bien cintrées et à blason, la cravate fine, la gavoche, ce style « petit(e) écolier(e) » anglais(e) qui refuse de quitter l’uniforme...

Porter un uniforme d’écolier est un acte rebel paraît-il. L’habit ne fait
décidément pas le moine! Il n’y a plus qu’à entonner "we
don’t need any education" et redescendre dans la hiérarchie pour gagner
en attitude. L’abbé non plus ne fait pas le moine.

Il y a une mode pour chaque mode et des tendances pour chaque tendance. Ca se confirme, il y a bien dans le vintage " fish & chips " des partis pris, de quoi satisfaire tous les goûts et toutes les bourses.

Abordable : El Ganso, marque qui vient tout droit d’Espagne, tend vers des coupes plutôt larges, propose des couleurs vives et froides autant que des couleurs pastels. L’originalité vient des chaussures qui ont un certain succès et le rappel plus ou moins subtil des uniformes militaires. Les cravates fines sont simples mais efficaces. Compter 60 euros la paire de chaussures, 30 euros la cravate.





Un peu plus cher : Masterpiece. Des chemises en lin rayées à col blanc, des vestes à grands carreaux, le petit short assorti à la veste, et c’est parti pour une partie de polo. A 150 euros environ la veste, on a le droit à de belles finitions, c’est même presque plus beau à l’intérieur du blazer qu’à l’extérieur, pour vous dire la qualité de la chose. Petit hic : la marque n’est pas encore distribuée à Paris.





Coûteux : Daniel Crémieux 1938. Le fameux petit blazer universitaire en coton lavé est plutôt difficile à dénicher, mais on se demande tout de même comment une pièce qui était usuelle peut bien nous coûter 300 à 500 euros ! La qualité est somme toute au rendez-vous, rien à redire dessus. Difficile d’être très original avec les chemises, on retrouve ici ce qu’on trouve chez les autres marques : motifs à rayures, col blanc, lin. 150 euros la chemise. Le petit plus de cette marque qui affiche fièrement son ancienneté est la possibilité d’opter pour des couleurs vives tout en restant subtil.




VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles LOISIRS

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement