This page is not available in your language, please, choose yours

Un économiste dissèque le cas parisien

Publié le 29 janvier 2009
Un économiste dissèque le cas parisien

Ce jeudi, la version web du mensuel "So Foot" a mis en ligne un entretien avec Michel Desbordes, expert en marketing et en management du sport. Entre autres réjouissances économiques, ce spécialiste a disserté sur les turbulences administratives qui secouaient le navire parisien ces derniers temps…

Enseignant à l’université Paris Sud XI et à l'école de commerce ISC-Paris, Desbordes a fait de la gestion du PSG "un cas intéresant".



D'après lui, lorsqu’en avril 2006 Colony Capital a racheté le club à Canal +, les motivations de cette firme multinationale étaient aisément décryptables :  "Colony Capital, c’est des gens qui investissent dans l’immobilier. Des gens qui vont vouloir retrouver leur mise. Ils sont venus au PSG pour le stade ; les joueurs et les résultats sportifs, ils s'en foutent" (sic).



En économiste, il reconnaît du reste que "le Parc des Princes, c’est un actif intéressant. Même s'il appartient à la ville de Paris, les négociations peuvent se faire pour entamer un système de concession. Imaginez le Parc rénové avec un centre commercial en dessous, c’est une mine d’or", lâche -t-il.



Quant au conflit d’intérêt entre Sébastien Bazin (président de Colony Capital Europe) et Charles Villeneuve (président du PSG... jusqu'au 3 février prochain), il estime que "la reprise en main" du premier nommé expose les soucis de rentabilité de Colony. A ce titre, l'éventuelle montée en grade de Bazin serait loin d'être néfaste : "Je pense malgré tout que le modèle du Président-actionnaire est un modèle sain pour un management judicieux d’un club de foot". Avant de recourir à un exemple aussi connu que controversé dans la sphère du football : le fonctionnement du président lyonnais Jean-Michel Aulas, à la tête de l'OL deuis 1987. "Ce qui explique que Lyon fonctionne, c’est qu’Aulas investit son propre argent", devise-t-il enfin.



L'embrouillamini parisien explore des champs d"interrogation qui, en majeure partie, réfèrent à des domaines extra sportifs. D'où la nécessaire intervention d'observateurs tels Michel Desbordes. Est-ce à dire qu'il s'agisse d'un futur cas d’école… de commerce ?




VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles LOISIRS

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement