This page is not available in your language, please, choose yours

Où va paris ?

Publié le 5 septembre 2009
Où va Paris ?

Antoine Kombouaré avait indiqué en début de saison vouloir faire un premier bilan fin août. Et le moins que l'on puisse dire, c'est ce que celui-ci est très positif sur le plan comptable. Trois victoires et un nul concédé dans les dernières secondes à Montpellier : les Parisiens ont réalisé un début de saison sans doute au-delà de leurs attentes. Mais malgré un bon bilan chiffré, il reste encore des lacunes qu'il faudra combler pour espérer rester en haut du classement…

» Un gardien rassurant mais une défense qui ne l'est pas



L'une des recrues majeures du club à l'intersaison a d'ores et déjà réussi ses débuts. Déjà scandé par le Parc, Grégory Coupet semble s'être bien intégré au collectif parisien. Rassurant dans les airs, il a encaissé jusque-là quatre buts dont deux frappes lointaines à Valenciennes. Cela n'efface pas la sérénité que dégage l'ancien international français et qui contraste avec son prédécesseur. Néanmoins, la défense qui est placée devant lui ne se montre pas encore tout à fait autoritaire.



Si les latéraux accomplissent leur travail avec beaucoup de sérieux, la charnière Sakho-Traoré connait encore quelques hésitations. Le jeune défenseur, malgré des qualités indéniables, rencontre des difficultés à rester concentré pendant 90 minutes. Il lui arrive par conséquent de prendre des risques inconsidérés. Mais il reste une valeur montante et impressionne par sa solidité. Quant à son compère, son bon jeu de tête compense une certaine lenteur. Face à des attaquants rapides, Sammy Traoré est obligé de faire preuve d'intelligence dans son placement sous peine de les laisser filer dans son dos. Ce qui parfois peut paraître risqué… La présence de Grégory Bourillon aurait été plus complémentaire de Sakho, l'ancien Rennais possédant une qualité de relance non négligeable à ce poste. Mais son premier match à Montpellier n'a pas convenu à Kombouaré, qui lui a sans doute reproché un manque d'agressivité, son point faible.



En résumé, la performance défensive de l'équipe reste le point d'interrogation même si, comme l'a souligné Traoré il y a quelques jours, c'est tout le bloc qui se doit d'être bien organisé. Et cela devrait aller en s'améliorant…



» Un entrejeu un peu tendre



Le milieu-type est composé de Sessegnon, Clément, Makelele, Giuly. Dans un secteur où la puissance est primordiale pour faire face à des gros calibres, l'équipe parisienne se distingue en alignant des éléments plus légers. Avec une moyenne d'1m73 et 69 kg, l'entrejeu ne fait pas vraiment le poids. Mais il s'appuie sur du jeu en mouvement pour tenter de faire la différence. Et c'est là que réside la différence par rapport à la saison dernière. En ce mois d'août, on a pu apercevoir quelques belles séquences de jeu, souvent à une touche de balle, qui ont permis de créer des décalages intéressants. Même si cela reste encore perfectible, les intentions sont là. Mais pour combien de temps ?



Car physiquement Makelele et surtout Giuly, à un poste exigeant, ne tiendront pas la route toute la saison. Et c'est là que les solutions risquent de manquer. Sur le banc, Ngoyi peut venir solidifier le milieu de terrain, tandis que Chantôme a la possibilité d'amener une touche technique. Sankharé peut occuper le couloir gauche mais le joueur né à Sarcelles est peut-être plus performant dans l'axe du terrain. De plus, en janvier viendra le problème de la CAN. Sessegnon partant en sélection du Bénin, ce couloir gauche risque d'être déserté. Plusieurs solutions s'offriront alors à Kombouaré. Soit aligner Sankharé, pas vraiment à son aise, ou Makonda, au profil plus défensif même s'il a livré quelques prestations intéressantes la saison dernière. Reste encore la solution Luyindula. Lorsque le repli de Sessegnon était insuffisant, le Kanak n'a pas hésité à faire redescendre l'attaquant parisien couloir gauche. Enfin, le mercato hivernal peut servir à recruter un joueur à ce poste (Soumah ?). Les grosses carences de l'équipe sur les côtés risquent de poser problème tout au long de cette saison. Sans que Kombouaré s'en offusque…



» Mais une ligne d'attaque qui promet



Avec le départ de Kezman, le PSG peut compter sur trois attaquants aux deux postes devant. Même si les jeunes Arnaud, Maurice ou Boli peuvent dépanner, ils sont encore loin derrière du trio Hoarau-Erding-Luyindula. Les trois hommes devraient se partager le temps de jeu. Le duo Hoarau-Erding n'a pas encore pu faire ses preuves et Luyindula a parfaitement assuré l'intérim. Car malgré sa récente prolongation, l'ancien Lyonnais devrait jouer un rôle de joker dès le rétablissement total de Hoarau, entré pour les 30 dernières minutes à Valenciennes et face à Lille. Mais avec une préparation tronquée, espérons que le Réunionnais ne connaisse pas de baisse de régime…



L'effectif parisien est donc encore perfectible et contrairement aux années précédentes, où Le Guen répétait inlassablement que Paris avait une petite marge, possède un potentiel intéressant. A condition de l'exploiter au maximum, ce que Kombouaré s'attache à faire. Mais ses méthodes resteront t-elles efficaces toute la saison ? A Paris, rien n'est moins sûr… Les mois de septembre et octobre permettront de se faire une plus grande idée avec la réception de Lyon le 20 septembre et les visites à Toulouse le 17 octobre et Marseille le 25…



Crédits photo : lemoustic




VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Tags : club, paris

Nos articles LOISIRS

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement