This page is not available in your language, please, choose yours

Souvenirs de paris

Publié le 7 janvier 2010
Souvenirs de Paris

A l’occasion des 40 ans du PSG, le quotidien Le Parisien a ouvert ses colonnes aux souvenirs de quelques pionniers de l’aventure francilienne. Guy Adams, Jean Djorkaeff et Daniel Germon y sont donc allés de leur anecdote. Extraits de ce dossier à l’effet aussi doux-amer sur les supporters qu’une madeleine pour Proust.

La Nuit du méridien de GUY ADAM

"En 1970, le Paris FC a-été créé. Mais pour que ce club existe, il fallait qu’il puisse se reposer sur une équipe d’amateurs. Le stade saint-germanois a été choisi. A l’été 1970, les deux structures ont fusionné et donné naissance au Paris-Saint-Germain Football Club. J’ai aussitôt adhéré à ce projet. Puis, il y a eu la Nuit du méridien en 1972 (le PSG FC s’est divisé en deux : le Paris FC, qui conserva les professionnelle, le PSG, qui disposa de la section amateurs). Le PSG tombe alors en Troisième Division. J’ai pris un grand coup derrière la tête, mais j’ai continué à supporter le club. Dès 1973, grâce à l’aide de Borelli, d’Hechter, Talar et de Belmondo, le club remonte en D 2 puis en D 1 l’année suivante. C’est la deuxième naissance de Paris."



JEAN DJORKAEFF ne savait pas où il mettait les pieds

"A l’été 1970, Guy Crescent, le vice-président du PSG FC, m’a contacté. C’était un personnage atypique, un gars extraordinaire, animé d’une grande passion pour le foot. A l’époque, j’étais international français. J’ai hésité. Je ne savais pas où je mettais les pieds. Mais Crescent s’est montré très persuasif. Je ne regrette pas. Tout était à construire. Nous disputions nos matchs au camp des Loges ou au stade Jean-Bouin. Les équipements étaient assez vétustes. Cette équipe ne comptait que cinq joueurs professionnels. L’ambiance dans l’équipe était fantastique. Le PSG, c’était notre bébé. Je suis évidemment très attaché au PSG parce que j’ai participé à sa création. J’ai été l’un des pionniers."



DANIEL GERMON tenait la buvette

"J’habitais porte de Clignancourt, à Paris. Quand j’ai entendu l’appel de Pierre Bellemare à la radio, j’ai tout de suite répondu. On s’est retrouvés à 16 000 cotisants. Je me souviens du premier match officiel. C’était au camp des Loges car le Parc des Princes était encore en construction. Les maillots étaient rouges avec des shorts blancs et des chaussettes bleues.

Pour le PSG, j’ai fait beaucoup de bénévolat. J’ai tenu la buvette et vendu des tickets de tombola. Les joueurs étaient complètement accessibles. Dès la première saison, on organisait des repas de sections de supporteurs et les joueurs venaient manger avec nous. J’étais responsable du 9e secteur, qui regroupait les supporteurs qui habitaient le XVIIIe arrondissement. En quarante ans, je n’ai jamais lâché club."




VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles LOISIRS

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement