This page is not available in your language, please, choose yours

Ligue 1 : jallet - "capables de faire mal"

Publié le 16 janvier 2010
Ligue 1 : Jallet - "Capables de faire mal"

Christophe Jallet, l’un des joueurs les plus satisfaisant du PSG cette saison, revient dans les colonnes du Parisien sur le match capital qui oppose Paris à au LOSC ce samedi, sur les objectifs du club ainsi que sur la fameuse pression de l’environnement parisien.

Le match contre le dauphin lillois

"Ce match va nous permettre de nous positionner en championnat. C’est la meilleure équipe du moment. On va pouvoir se jauger. La différence entre eux et nous, ce n'est cinq points ! Et de la confiance. Après notre victoire au match aller, on les avait mis à neuf points. Aujourd’hui, ils en ont cinq d’avance… Ils n’ont pas perdu depuis deux mois, ils mettent des taules à tout le monde. Pour eux, tout roule ! Mais ils ne gagneront pas tous leurs matchs jusqu’à la fin de saison. On est capables de leur faire mal si on défend bien. Si on veut rester dans la course, il faut impérativement rapporter quelque chose."



Les objectifs du club

"En Coupe de la Ligue, on avait largement les moyens de passer… Prendre une petite fessée de temps en temps, ça ne fait pas de mal. A condition qu’il y ait tout de suite une réaction.

Maintenant, on vise une place dans les quatre premiers ! On n’a jamais été surclassés par un adversaire et on a perdu beaucoup de points sur des petites erreurs de concentration. Si on arrive à gommer ça, on ne sera pas loin de cet objectif."



Ses bonnes performances

"Je suis arrivé à Paris comme si j’arrivais à Niort. Je ne me suis pas pris la tête quand j’étais remplaçant. Je prends les moments comme ils viennent. Moi, je suis heureux d’être là, et ça se traduit par de bonnes rentrées, des buts, des passes et la confiance du coach. Je ne me prends pas le chou et j’espère que ça va continuer."



La pression parisienne

"Je reste assez détaché de l’environnement. Je ne fais pas trop attention à ce qu’on peut dire sur les uns ou les autres. A l’entraînement, je suis là pour rigoler et bosser avec mes coéquipiers. Une fois rentré chez moi, je rigole avec ma femme et ma fille. Toute la pression assez néfaste dont j’entends parler ne m’a pas encore touché. Que les supporteurs gueulent quand on a été bidons, je trouve ça normal tant que ça ne dépasse pas certaines limites. Si on est nuls, on est nuls ! Il faut savoir balayer devant sa porte. Pour le moment, les médias ou les supporteurs ne m’ont apporté que du positif. Je me sers de ça pour être plus fort."




VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles LOISIRS

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement