This page is not available in your language, please, choose yours

Suaudeau compare deschamps et komboouaré

Publié le 25 février 2010
Suaudeau compare Deschamps et Komboouaré

L'ancien entraîneur de Nantes, Jean-Claude Suaudeau, qui a lancé Didier Deschamps et Antoine Kombouaré avec les Canaris, donne ce jeudi dans Le Parisien son avis sur les carrières d'entraîneur de ses anciens protégés.

Jean-Claude Suaudeau, qui a été coach de Nantes pendant plus de 12 ans, se souvient que Didier Deschamps et Antoine Kombouaré montraient déjà de l'intérêt pour le métier d'entraîneur alors qu'ils n'étaient encore que de jeunes joueurs. Cependant, chacun avait sa façon bien à lui de le manifester. "Dans leur comportement de joueurs, Antoine et Didier avaient déjà des aptitudes pour ce métier. Ils l’exprimaient différemment en raison de leur personnalité et de leurs origines. Didier, on voyait vraiment que ça l’intéressait. Il imprimait la mentalité d’entraîneur dans son engagement et ses réflexions de joueur. Chez lui, on voyait déjà poindre l’entraîneur. Antoine était plus discret de par ses origines. Il écoutait et enregistrait aussi, même s’il le montrait moins. L’un et l’autre ont une approche différente mais ce qu’ils font me semble assez solide pour qu’ils fassent parler d’eux", a-t-il expliqué, fier du parcours de ses anciens poulains.

L'ancien milieu défensif reconnaît, malgré tout, que ces deux tacticiens ont deux approches très différentes du métier. "Antoine avait ce tempérament de Calédonien, discret. Il était très respectueux. Mais il a une présence, un charisme. Après, il faut l’exprimer. Tout se passe en face à face entre les joueurs et l’entraîneur. Et même si ces derniers se dérobent souvent, ils te jugent et savent très bien quel entraîneur peut les faire progresser. Le tempérament de Didier se voyait sur le terrain. Il était plus libre de par son poste qu’Antoine. Sa combativité ne s’exprimait pas que dans son activité, il donnait aussi de la voix." Depuis ce temps-là, il semble que Kombouaré ait su se rattraper au niveau vocale, en témoignent ses nombreux coups de gueule dans le vestiaire parisien ou sur le banc de Valenciennes notamment.

Ce qui réunit ces deux anciens partenaires aux profils différents, c'est bien l'exigence du meilleur, aussi bien dans les résultats que dans le comportements de leurs groupes respectifs. "Pour l’un et l’autre, ça passe par les résultats. Après, ils font avec ce qu’ils ont. Un entraîneur doit être capable de bien appréhender la valeur de son effectif. C’est essentiel. S’ils le font, ils tireront le meilleur de leur équipe. Je ressens chez les deux une très grande exigence vis-à-vis du collectif. Ils savent que leur équipe peut mieux faire", a-t-il terminé, assez élogieux.



VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles LOISIRS

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement