This page is not available in your language, please, choose yours

Un ancien hooligan témoigne

Publié le 26 mars 2010
Un ancien hooligan témoigne

A Paris, les problèmes liés aux supporters n'a jamais pris autant d'ampleur que ces derniers temps. Interviewé sur RMC, Cass Pennant, un ancien hooligan anglais tente d'expliquer le comportement des supporters parisiens.

Cass Pennant est un ancien hooligan faisant partie de l'Inter City Firm, c'est-à-dire de l'un des groupes de hooligans de West Ham ayant une bonne place parmi les plus violents d'Angleterre. Aujourd'hui, âgé de 58 ans, l'homme a pris du recul sur le sujet et donne son avis sur ce que traversent actuellement les tribunes du PSG.

A Paris, les choses ne sont jamais identiques qu'ailleurs. Ainsi, le club s'illustre actuellement comme étant l'un des seuls dans lequel les supporters se battent entre eux. Pour Pennant, le constat est sans appel : On avait des adversaires d’autres villes, mais pour l’équipe il y avait une paix qui se créait avec ceux qui soutenaient West Ham. Cette paix permet de garder sous contrôle les rivalités. Normalement entre les supporters d’un même club, il existe une paix tacite. Mais ce qui se passe au PSG est unique."

Dès lors, comment expliquer cette différence qui n'existerait qu'à Paris ? Pour Pennant, le problème serait davantage lié au championnat de France qui ne permet pas aux hooligans d'assouvir leur soif de rivalité : "En France, les groupes de supporters n’ont pas d’ennemis ou peu, alors que dans les autres pays chaque groupe a des ennemis partout. Paris n’a qu’un seul adversaire : Marseille ! Comme ils n’ont personne sur qui taper, ils se battent entre eux. Les rivalités internes augmentent. En Angleterre, on ne peut pas penser aux rivalités internes car il faut toujours se préparer pour le match du dimanche car de l’autre côté il y aura les hooligans de l’équipe adverse."

Enfin, Cass Pennant tente d'apporter une solution à ce problème de hooliganisme et pense qu'à terme, il ne peut que se résorber de lui-même. En effet : "On gagnera toujours la guerre contre le hooliganisme. On a vu les dernières années une baisse des problèmes lors des grandes compétitions. Il faut leur faire peur. Quand on montre du respect, on est respecté. Les hooligans sont une minorité mais ils savent très bien manipuler les foules. En déplacement, les fans doivent montrer l’exemple. Il faut que les fans normaux inspirent le respect."

Même si le fait de se faire respecter par la peur peut être une pensée controversée, il semble bien que les autorités françaises aient pour l'instant choisi ce crédo pour éradiquer la violence à coup de huis clos et autres interdictions de stade. L'avenir nous dira si ces mesures ont été suivies de résultats et dès lors, si les paroles de l'ancien hooligan qu'est Cass Pennant se rapprochent ou non de la vérité.


VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles LOISIRS

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement