This page is not available in your language, please, choose yours

Uldry - "on pourrait attaquer le psg"

Publié le 6 juillet 2010
Uldry - "On pourrait attaquer le PSG"

Le porte-parole des Supras Auteuil, Christophe Uldry, a accordé un entretien au Parisien dans lequel il aborde la nouvelle situation en ce qui concerne la probable annulation de la dissolution des associations de supporters parisiens du virage Auteuil.

Heureux de voir la décision de dissolution des associations de supporters parisiens remise en cause, Christophe Uldry, le porte-parole des Supras Auteuil, ne crie pas victoire pour autant, conscient que tout n'est pas encore joué. "C’est une bonne nouvelle. Neuf fois sur dix, le Conseil d’Etat le suit dans sa décision finale. Il a été très clair : le ministère de l’Intérieur a tout faux. C’est ce qu’on disait depuis le début. On va juste attendre la confirmation de cette décision."

Si l'annulation de la décision première était confirmée, le plan anti-violence de Robin Leproux serait totalement désuet vu que des conventions des associations avec le club étaient en place. "On a signé deux conventions avec le PSG, l’une en 2005, l’autre en 2008 sur le gel des tarifs jusqu’en 2013. En mai, le PSG a dit qu’il résiliait ces deux conventions. Mais pour en sortir, il faut un délai de six mois et un courrier qu’on n’a pas reçu. Il n’est pas possible de rompre unilatéralement ces conventions. Donc, nous avons à nouveau accès au Parc, à nos locaux, à nos abonnements. Le plan Leproux est caduc", a-t-il expliqué.

Quoi qu'il en soit, Christophe Uldry veut faire valoir les droits de son association, mais se dit prêt à discuter avec les dirigeants sur les modalités d'un retour des Supras Auteuil au Parc des Princes. "Aujourd’hui, on pourrait attaquer le PSG, mais on préfère discuter avec lui et s’asseoir autour d’une table. On ne lâchera rien. On veut démontrer au club qu’il n’a pas le choix. On retournera au stade dans un esprit festif. On est de retour au stade ! Au PSG de faire en sorte que cela se passe bien. On ne peut pas y revenir comme avant. Ce qui s’est passé le 28 février est dramatique", a-t-il rappelé.


VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles LOISIRS

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement