This page is not available in your language, please, choose yours

Le saviez-vous ? - hechter le bouc émissaire

Publié le 20 juillet 2010
Le saviez-vous ? - Hechter le bouc émissaire

Chaque semaine, PlanètePSG vous offrira l'opportunité de découvrir une anecdote liée à la vie du club. Cette semaine, nous vous proposons de revenir sur un épisode datant de l’hiver 1978. Daniel Hechter, président du Paris Saint-Germain fut radié par les instances du football. Il fallait un coupable et une sanction forte dans l’affaire de la double-billetterie au Parc des Princes. Hechter l’a appris à ses dépends…

Le célèbre créateur de mode, Daniel Hechter, a toujours été passionné par le football. L’occasion qui s’est présenté à lui de s’occuper de la gestion d’un club parisien en témoigne. président du comité de gestion à partir du 15 juin 1973, il est devenu, le 9 juin 1974, président du Paris Saint-Germain. A sa prise de position, le PSG évoluait encore, et ce pour la dernière fois en date, en division 2.

Si ce nouveau club parisien attirait petit à petit, il allait également connaître ses premières déboires, car le PSG était un club ou l’argent a commencé à poser problèmes dès sa naissance. Un certain goût pour le luxe ? Il n’en est pas moins que ce club dépensait plus qu’il ne gagnait et vivait donc au-dessus de ses moyens. Les années 70 étaient délicates pour le football, les droits TV n’existaient pas encore et la plupart des recettes provenaient du guichet. Le plafond salarial des footballeurs professionnels était lui, fixé à 12 000 francs par mois. Pourtant, beaucoup de joueurs gagnaient plus. Un mécanisme que beaucoup de grands clubs français utilisaient afin de limiter les charges, à savoir, verser des dessous-de-table aux joueurs.

Partenaire du PSG, la radio RTL comptait un de ses hommes au sein du club, en tant que secrétaire administratif, Philippe Lacourtablaise, suivi de son supérieur hiérarchique, Alain Rosen. En août 1977, le premier démissionna. La cohabitation avec Rosen fut insoutenable, puisque ce dernier avait compris son petit stratagème. Une double billetterie avait été mise en place dans l’optique de dégager un peu d’argent pour les joueurs. Tandis que le Parc comptait environ 30 000 personnes, seulement 22 000 places avaient été officiellement vendues lors d'une rencontre de championnat. Un stratagème qui petit à petit, fut connu de tous les dirigeants, et dont le PSG n’avait pas l’exclusivité au sein du championnat de France. Alain Rosen avait continué cette distribution, mais fut soupçonné par Hechter de s’être servis à titre personnel, au lieu que cet argent soit utilisé pour le club. Rosen fut alors viré. L’élément déclencheur pour Daniel Hechter, qui ne se doutait pas de la suite des évènements…

Car Rosen ne comptait pas partir ainsi et se faire tout petit. L’affaire éclata au grand jour, et afin que ce Paris Saint-Germain, quelques années seulement après sa naissance, ne soit jeté dans le néant, il fallait un bouc émissaire. Quelqu’un pour endosser la pleine responsabilité de cette affaire. Doucement, mais sûrement, Hechter fut lâché par RTL, par Bernard Brochand (président de l’Association du club)… Au tribunal, le clan Hechter pensa que le couturier prendra six mois de suspensions. Mais le verdict fut beaucoup plus lourd puisque Hechter fut suspendu définitivement de ses fonctions. Lacourtablaise, qui avait plaidé coupable, avait avoué avoir été l’investigateur de ce procédé, et fut considéré comme "persona non grata" dans le football professionnel français. Pour Rosen, qui avait le bras long, sa situation fut examinée après les conclusions de la justice civile.

Hechter, qui n’avait pas mis longtemps avant de se douter de Rosen après son arrivée, fut sous le choc. Bien que la décision du tribunal fut annulée le 19 décembre 1980 par le conseil d’Etat, l’ancien président du PSG reste amer sur le dénouement de cette affaire et Alain Rosen, un homme dont le parcours aurait été émaillé de condamnations : "J’ai sauté parce qu’il y a eu intervention politique […] Cette plainte était juste destiné à m’écarter" (1). Le 8 janvier 1978, deux jours après sa radiation, Hechter suvit son dernier match en tant que président. Un certain Paris Saint-Germain – Olympique de Marseille (5-1). Un moment particulier puisque le public scandait "Hechter président !" et qu’à la fin de la rencontre, tous les joueurs étaient allés embrasser leur ex-dirigeant.

Daniel Hechter, sans doute loin d’avoir été aimé de tous, aura refaçonné le PSG. Lorsque l’on parle de la naissance, de la création du Paris Saint-Germain, le nom de Daniel Hechter ne figure jamais bien loin.

(1) La folle histoire du PSG (Éd. Prolongations)


VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles LOISIRS

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement