This page is not available in your language, please, choose yours

Mendy - "la première fois que je n'ai pas de club"

Publié le 26 octobre 2010
Mendy - "La première fois que je n'ai pas de club"

Mathieu Bodmer, le milieu du PSG, a rendu visite au site Football365. L'occasion pour lui d'interroger Bernard Mendy, son ami d'enfance, qui revient sur son actualité le tout avec son humour caractéristique.

Son passage à Hull
" Après être parti de Paris, j'ai signé à Hull City. J'avais un contrat de trois ans mais je ne suis resté que deux ans. En fait, j'avais une clause dans le cas où le club ne se maintenait pas en Premier League. Donc quand Hull City est descendu, j'ai fait jouer cette clause. La première année, ça s'était super bien passé. J'étais meilleur passeur du club. (…) J'ai marqué des buts mémorables (rires). Non, j'ai marqué de beaux buts. J'avais mis un penalty contre Manchester. Quand j'étais rentré, on perdait 4-0 et on était revenu à 4-3. J'ai marqué deux buts cette année-là. Et l'année d'après, j'ai fait une saison normale. Sans but ni passe décisive."

Son retour à Caen
" Actuellement, je m'entraîne avec le Stade Malherbe de Caen. Là où j'ai été formé, et toi aussi. Ça se passe super bien. Je retrouve un club pro, avec toutes les infrastructures pour m'entraîner. Avant le Stade Malherbe, je m'entraînais avec Dives, qui a bien voulu que je fasse la préparation avec eux. Et je les en remercie d'ailleurs. (…) J'avais aussi fait un entraînement à Evreux où ça s'est bien passé et où j'ai été un phénomène (rires). Le président a voulu me recruter mais je lui ai dit : (il prend l'accent marseillais) « Ecoute président, il faut que t'arrêtes un peu tes conneries ». (rires) Ça va faire deux mois que je m'entraîne avec le Stade Malherbe de Caen."

Son envie de jouer au football
" Là, c'est un peu le calme plat. J'ai quelques touches, notamment en Turquie. Après, ce sont des « si », des « on va voir »… Il y a pas mal d'agents qui m'appellent. Mais, bon, on les connaît les agents, hein Mathieu ? On verra. Pour l'instant, le moral est au beau fixe, même si ça va commencer un peu à être dur. Le principal, c'est que la famille et les petites aient la santé. Après, le reste, ça viendra. Je ne désespère pas. Je n'ai que 29 ans. C'est une étape de plus à passer. Même si c'est la première fois que je n'ai pas de club. C'est dur dans ce sens-là, surtout quand tu t'entraînes toute la semaine avec eux et que tu les vois partir pour la mise au vert. Ça manque un peu. Et si la plupart des footeux en a marre de la mise au vert à un certain âge, pas moi. Je n'en ai pas marre. (Il crie) Je suis encore jeune, merde ! (rires)"

Sa reconversion ?
"A vrai dire, j'espère réellement trouver un truc. Et je ne m'étais pas imaginé dans cette situation-là au point de penser à l'après-carrière. Maintenant, si ça ne débouche vraiment sur rien, je pense que je ferai entraîneur à Evreux (Il éclate de rire). « Fouda dehors ! Fouda dehors ! » (ndlr : Eric Fouda est l'actuel entraîneur de l'Evreux AC). Si vraiment je n'ai rien, il faudra que Fouda fasse ses valises (rires)."


Son bar (voir photo ci-dessus où il pose avec son cousin Léonard, Aurélien Hoarau et Mathieu Bodmer)
"Oui, j'ai ouvert le Loungball (ndlr : 13 rue Isambard à Evreux). C'est un bar avec des terrains de foot. Je l'ai ouvert avec mon ami d'enfance, un mec un peu relou qui s'appelle Mathieu Bodmer (rires). Et avec Leonard Mendy, un cousin relou lui aussi. Et aussi avec Aurélien Hoarau, un escroc (Bodmer se tord en deux). Ça va, ça suit son cours. Mais on espère que ça va mieux marcher. Il faut régler certains détails et virer les escrocs (rires). Ce sont des mecs comme ça qu'il faut mettre au chômage ! (rires). (…) Il faut venir à Evreux voir un super bar, lounge, football. Les matchs sont retransmis à la télé, notamment PSG-OM. Et pour moi, j'espère que ça va se décanter. Recherche actuellement un club, peut faire des concessions, sait faire à manger (rires). Et peut aussi faire le ménage si c'est pour dépanner (il éclate de rire)."

Une situation qui ne le pèse pas
"Il faut relativiser, ce n'est pas la fin du monde. Même si c'est galère. J'espère que ça va se concrétiser. J'ai joué à l'Euromillions là mais je ne suis pas encore allé valider mes tickets. Il y a un gagnant en France. Si ça se trouve, c'est moi (rires). (…) Moi, je ne suis pas un mec qui fait le mendiant. Mais je sens bien qu'avec les joueurs et l'entraîneur, ça se passe super bien (à Caen). Je suis déjà content qu'il (ndlr : Franck Dumas) m'accepte dans son groupe. Il n'aurait pas accepté tout le monde je pense. Et quand on voit la situation à Paris, avec Fabrice Pancrate et Selim Benachour qui s'entraînent avec la CFA… Moi, je m'entraîne quand même avec les pros, ce n'est pas pareil. Le week-end, je m'entraîne avec la CFA mais toute la semaine, je suis avec les pros. Ce n'est pas le même niveau. Mais « Nanar » (ndlr : l'un des surnoms de Bernard Mendy), il aimerait bien retoucher un peu le ballon quand même. Merde !"



VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Tags : anciens, bodmer, mendy

Nos articles LOISIRS

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement