This page is not available in your language, please, choose yours

Anelka évoque le psg

Publié le 8 décembre 2010
Anelka évoque le PSG

Lors d’une interview donnée aux Inrockuptibles en compagnie du rappeur Booba, Nicolas Anelka revient sur son départ du PSG, ses choix de carrière et sur les problèmes de l’équipe de France. Et le moins que l’on puisse dire est que ses propos ne risquent pas d’améliorer son image.

L’attaquant de Chelsea, formé au PSG, et banni de l’équipe de France pour ses propos injurieux envers Raymond Domenech lors de la dernière coupe du monde, s’est livré sans détour avec son ami Booba sur son parcours et a réagi aux critiques qui lui sont adressées.

Le natif de Trappes revient dans un premier temps sur son départ du PSG. Se défendant d’être parti pour l’argent, il affirme avoir avant tout recherché du temps de jeu. "Je gagnais 1 200 francs par mois. Arsenal m'a proposé 50 000 francs. Mais ce n'était pas une question d'argent, je ne suis pas allé en Angleterre pour la thune, d'ailleurs le PSG m'a proposé plus qu'Arsenal. Je voulais juste jouer."

Déplorant "l’image faussée" de lui que véhiculent les médias, il assure de manière assez surprenante avoir pris beaucoup voire davantage de plaisir à évoluer des clubs de seconde zone que dans les grands clubs qu’il a fréquentés. "Je kiffais de jouer dans une équipe comme Bolton (…) A Bolton, on perdait, ce n'était pas si grave. J'étais bien aussi à Fenerbahçe. Jouer les premiers rôles, la Ligue des champions, ça ne me manquait pas. Plus le club est grand, plus tu as d'emmerdes", explique-t-il.

Enfin, Nicolas Anelka n’évite pas les sujets qui fâchent et donne son sentiment sur les problèmes de l’équipe de France. En ce qui concerne la polémique autour de l’hymne national où il était reproché aux Bleus de ne pas chanter la Marseillaise, l’attaquant français répond sans détour : "Je n’ai jamais voulu chanter La Marseillaise, ça ne m’est jamais venu à l’idée. Et si on m’avait demandé de le faire, j’aurais refusé, j’aurais quitté l’équipe."

Quant à la question du désamour du public français envers ses joueurs, Anelka livre à nouveau son opinion sans concession : "On disait “Ribéry a frappé Gourcuff. Gourcuff, le bon Français, Ribéry, le musulman”. C’est parti trop loin. Quand on ne gagne pas, en France, on parle tout de suite des religions, des couleurs… " Un constat néanmoins étonnant quand on sait que Zinedine Zidane et Yannick Noah sont les personnalités préférées des français.

Réagissez sur le forum : Cliquez-ici !



VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Tags : ancien, anciens, anelka

Nos articles LOISIRS

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement