This page is not available in your language, please, choose yours

Coupet tacle hoarau et les supporters historiques

Publié le 2 avril 2011
Coupet tacle Hoarau et les supporters historiques

Grégory Coupet n'y est pas allé de main morte dans l'interview qu'il a accordée ce jour au Parisien. Le désormais gardien titulaire du PSG revient sur sa fin de carrière mais en profite également pour évoquer certaines choses qui l'ont déplu ces dernières semaines...

Son retour en tant que titulaire :
"Je ne l’avais pas du tout anticipé. La veille d’OM - PSG, on (lui et Edel) a été convoqués l’un après l’autre dans la soirée par le coach. Il m’a dit : «Je te relance. Dans les conditions actuelles, je te sens compétiteur et plein d’envie». Je n’allais pas refuser le poste. (concernant Edel) Ce n’est pas une période évidente, mais il faut qu’il en profite pour souffler un bon coup. Ce n’est pas la fin de sa carrière. Et il va revenir gonflé à bloc. Même s’il peut partir, je lui conseille d’être piqué au vif et de vouloir montrer à tout le monde qu’il vaut mieux que ça. Il ne doit pas accepter cette situation".

Un signe du destin ?
"Je crois que rien ne m’arrive par hasard. J’ai commencé à Saint- Etienne où le PSG ira pour la dernière journée de L 1. Là-bas, j’avais pris la place d’un Camerounais, Joseph-Antoine Bell, et ici c’est un autre Camerounais qui me remplaçait. Et mon premier match pro, je l’ai joué à Angers, notre adversaire en Coupe de France! Je suis donc obsédé par l’idée de jouer mon dernier match à Saint-Etienne et boucler l’histoire".

Les tensions dans le vestiaire
"J’ai fait quelques petites interventions récemment. Mais je veux me servir de cette interview pour faire réagir les autres. Contre Lorient, nous n’avons que le droit de gagner. On arrête de parler et on agit."

Son avis sur l''intervention de Hoarau à la mi-temps de PSG-Montpellier (le Réunionnais avait regretté que certains "jouent leur petit numéro")
"C’est sain et humain de dire ce qu’on a sur le cœur. Ce qui me dérange, c’est de ne pas l’assumer derrière. A certains, j’ai envie de déclarer : « Tu dis un truc mais, derrière, ne viens pas dire que tu le penses pas ou que tu t’excuses. » Tout le monde peut critiquer. Mais arrive un moment où il faut balayer devant sa porte et se demander si on est soi-même irréprochable".

L'environnement du foot et les insultes envers Leproux
"En foot, il n’y a plus de légèreté. Que de la tension. J’en ai ras le bol. Ce foot-là, je ne le regretterai pas. Il me saoule. La semaine dernière, j’étais au tournoi de futsal de Bercy. Pendant quatre heures, on n’a entendu que « Leproux enc… » Ma fille était là. J’avais honte. Ce milieu-là est lourd. Beaucoup trop pour moi".



VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles LOISIRS

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement