This page is not available in your language, please, choose yours

Opéras pour la télévision : Toothpaste de Louie / The Flood de Stravinsky / Le Médium de Menotti

Publié le 17 janvier 2012
Opéras pour la télévision : Toothpaste de Louie / The Flood de Stravinsky / Le Médium de Menotti

Infos pratiques

Le... 22 mars 2012


Accès par la Pyramide
75001 Paris 1

Opéras pour la télévision : Toothpaste de Louie / The Flood de Stravinsky / Le Médium de Menotti à l'Auditorium du Louvre le 22 mars 2012 à 20h00.

Coup de projecteur : L'opéra et la télévision

Si la BBC initie confidentiellement la retransmission télévisuelle d'une vingtaine d'opéras rares ou récents entre 1936 et 1939, dont le tout premier est Pickwick d'Albert Coates, suivi de l'Arlecchino de Busoni, et si la première retransmission d'un opéra aux Utats-Unis (Paillasse) par Radio City attend 1941, l'opéra à la télévision suit rapidement le développement du média au début des années 1950. Dès novembre 1948, Otello est retransmis en direct depuis le Metropolitan de New York, inaugurant une tradition toujours actuelle, tandis qu'en 1949, Peter Herman Adler fonde à New York le NBC Opera Theater qui retransmettra durant quinze ans des opéras réalisés en studio, avec notamment les premières américaines de Billy Budd et de Guerre et Paix. Mais Adler programme aussi des ouvrages spécialement commandés pour l'occasion : le tout premier d'entre eux est Amahl et les visiteurs de la nuit de Menotti. Diffusé au soir du 24 décembre 1951 devant 5 millions de téléspectateurs aux Etats-Unis, c'est un véritable événement, dont l'incidence inattendue est qu'il sera l'ouvrage le plus joué de la seconde partie du XXe siècle !
Une cinquantaine d'opéras sont ainsi commandés et spécifiquement écrits pour la télévision en Grande Bretagne et aux Etats-Unis au XXe siècle. Grande forme traditionnelle, ou petite forme novatrice, on y trouve aussi bien Griffelkin de Lukas Foss (NBC, 1955) qu'Owen Wingrave de Benjamin Britten (BBC, 1971), Perfect Lives (Private Parts) de Robert Ashley (Channel 4, 1984) que Burnt Toast d'Alexina Louie, composée pour DVD et diffusée par la SRC en 2006. Avec le développement de la technique numérique, toute création d'importance est aussitôt diffusée " live " puis gravée quelques mois plus tard sur DVD, rendant Anna Nicole et Doctor Atomic accessibles à tous, et Tan Dun, Chin, Rautavaara, Reimann, aussi bien représentés que Berg, Zimmermann, Poulenc ou Messiaen, sans qu'ils aient à écrire spécifiquement pour la télévision. Pierre Flinois

Alexina Louie : Toothpaste :

Mini opéra pour la télévision, livret de Dan Redican.
Esprit Orchestra, dir.: Alex Pauk
Mise en scène : Cathy Gee, costumes : Linda Muir.
Avec Barbara Hannigan (Constance), Mark McKinney (Trevor), Doug MacNaughton (voix de Trevor)
Réal. : Larry Weinstein, prod. : Rhombus, 2002, 5 min.
Cet opéra court fait partie d'une série commandée par la télévision canadienne à de jeunes compositeurs.
Avec Toothpaste, Alexandra Louie réalise un drame en miniature autour d'un de ces événements du quotidien qui savent déchirer les couples : la manière de replier le tube de dentifrice familial ! La dispute enfle, et atteint une dimension épique : un pastiche de Tristan et Isolde de Wagner.

Igor Stravinsky : The Flood :

Drame musical d'après l'épisode biblique du Déluge.
Orchestre symphonique de Colombia, dir. : Robert Craft. Chrorégraphie : George Balanchine.
Avec les voix de Laurence Harvey (le narrateur), Sébastien Cabot (Noé), Elsa Lanchester (la Femme de Noé), Paul Tripp (l'Appelant), John Rearden, Robert Olivier (Dieu), Richard Robinson (Lucifer) et les acteurs Pauline Daniels (Lucifer), Silvia Millecam (Eve), Julian Beusker (Adam), Rudi Van Vlaanderen (Noé), Kitty Courbois (la Femme de Noé). Réal. : Jaap Drupsteen, prod. : CBS, 1985, 26 min. En 1959, CBS commande à Igor Stravinsky une œuvre pour la télévision. Il en résulte un drame musical d'après l'épisode biblique du Déluge. L'ensemble, diffusé à la télévision américaine en 1962, bénéficie du concours de George Balanchine pour la réalisation visuelle. Par une batterie d'effets vidéo, Jaap Drupsteen a créé, selon les vœux de Stravinsky, une production résolument innovante. Il utilise l'enregistrement original de 1962, avec l'orchestre symphonique de Colombia dirigé par Robert Craft.

Gian Carlo Menotti : Le Médium :
Opéra en deux actes, livret du compositeur.
Orchestre symphonique de la Radio italienne, dir.: Thomas Schippers. Mise en scène : Gian Carlo Menotti.
Avec Marie Powers (Anna), Anna Maria Alberghetti (Monica), Beverly Dame (Mrs. Gobineau), Belva Kibler (Mrs. Nolan), Donald Morgan (Mr. Gobineau) Réal.: Gian Carlo Menotti, prod. : Walter Lowendhal Productions 1984, 1h20
Avant tout le monde, Menotti avait compris l'importance de l'écran dans l'opéra du XXe siècle. Dans les années 1950, ses ouvrages ont connu un nombre de réalisations TV à faire pâlir d'envie tous les compositeurs contemporains. Ce Médium, réalisé d'après la production originale new-yorkaise, semble écrit pour le cinéma néoréaliste italien. La mise en scène est lisible au possible, comme l'œuvre même, d'un vérisme tardif, mais de bon aloi : les affres mortelles d'une diseuse de bonne aventure, prise à son propre jeu de spiritisme truqué, offrent l'un des meilleurs opéras du genre : court, fort, diablement efficace. L'incarnation historique de Marie Powers, (elle fut filmée quatre fois en ce rôle), tout comme le muet Leo Coleman sont les artisans majeurs de ce film captivant.

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Commentaires

1 commentaire

  • Avatar de Mimi786

    Mimi786 le 16/03/12 à 18h02

    Le même soir la Compagnie Les Voix Buissonnières vous invite à découvrir un autre opéra de Menotti, The Telephone or l'amour à trois au Centre d'Animation des Halles de Paris (Tarifs 7e et 9e)
    Réservations au 01 40 28 18 48 (Centre d'animation les Halles)

L'AGENDA

Annoncez votre événement