This page is not available in your language, please, choose yours

Le "saint françois d'assise" de messiaen

Publié le 4 novembre 2008 Par Clément D.

Infos pratiques


252, rue du faubourg Saint-Honoré
75008 Paris 8

M°Ternes

Pendant quelques 20 ans, depuis la création en 1983 par l'Opéra de Paris de ces " scènes franciscaines en trois actes et huit tableaux " (en tout quatre heures de spectacle), le Belge José Van Dam a imposé sa force intérieure et une présence physique maîtrisée au personnage quelque peu saint-sulpicien voulu par Messiaen.

Dans la version de concert que proposaient vendredi à la Salle Pleyel, le Philharmonique et le Chœur de Radio France, sous la direction du Sud-Coréen Myung-Whun Chung, Vincent Le Texier est apparu comme l'interprète digne de prendre le relais de cet aîné. Sa diction et son articulation sont parfaites, son timbre est impérieux, il devrait avec les années approfondir son incarnation.
On retrouvera Vincent Le Texier dans le rôle de François les 10 et 12 décembre à l'Opéra de Varsovie, dans une mise en scène de Pierre Strosser. L'Opéra de Paris, qui a commandé l'ouvrage et en a monté trois productions (la dernière en 2004), ne l'a pas repris cette année. L'œuvre se veut la " synthèse des découvertes musicales " du compositeur en matière de chants d'oiseaux et de couleurs. C'est aussi une tentative de sa part d' " exprimer (sa) foi catholique au travers d'un sujet qui en traduit les principaux mystères " et qui décrit " le cheminement de la grâce divine dans l'âme d'un des plus grands saints ".

Il y a du mystère médiéval dans cet opéra qui s'accomode assez bien de la forme concert choisie à Pleyel, pour laquelle Jean-Baptiste Barrière a imaginé une création visuelle avec, au dessus du chœur, des projections d'images en constantes transformations, au rythme de la musique. Images d'étendues boisées et de fresques peintes de l'Italie du nord, auxquelles sont mêlées les visages agrandis des chanteurs. Autour de Vincent Le Texier, sous la direction d'un Chung très préoccupé d'imprimer de l'énergie dans les thèmes rythmiques, les interprètes masculins sont de bon niveau. La soprano américaine Heidi Grant Murphy, dans le personnage de l'ange, manque quant à elle, vraiment de sympathie communicative.

visuel : Myung-Whun Chung (DR)


VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles SCÈNES

Commentaires

1 commentaire

  • Avatar de laofat

    laofat le 06/11/08 à 16h22

    ZUT!!! J'ai raté ce super concert, donné par l'un des plus grands spécialistes de Messiaen le Sud-Coréen Myung-Whun Chung qui a créé la dernière partition "Éclairs sur l’au-delà" du compositeur. Cet opéra est rarement joué en version concert ou opéra. Dommage!

L'AGENDA

Annoncez votre événement