This page is not available in your language, please, choose yours

The long blondes

Publié le 1 janvier 2008
The Long Blondes

Infos pratiques

Le... 29 mars 2007


Parc de La Villette, 211 avenue Jean Jaures
75019 Paris 19

Ils veulent être aussi bons qu’Abba. Sérieusement, sans aucune ironie. Aussi bons qu’Abba l’étaient pour écrire des tubes. Oui, ils aiment Joy Division et leurs suiveurs, mais pas autant qu’ils aiment Dusty, le disco et Del Shannon. Tout le monde parle de Pop Music. Tout le monde parle des Long Blondes.



Un bref récap s’impose.



Le but était de former un groupe de pop fantaisiste: Nico, Nancy Sinatra, Diana Dors, Barbara Windsor. Sexy et instructif, flippant et déchirant à la fois. C’est dans cet état d’esprit que les Long Blondes se sont laissé emporter dans cet univers glamour où l’on doit soulever des amplis jusque dans les trains, et se mettre de l’eyeliner dans les gares du National Express.



Les premiers à remarquer les Long Blondes étaient le label indé londonien Angular Records. C’est avec eux que le groupe a pu sortir deux 45 tours, le très Hitckockien Appropriation (By Any Other Name) et l’authentique et cultissime Giddy Stratospheres. Deux titres qui sont devenus des incontournables du dancefloor indé, tout comme le récent Separated By Motorways, enregistré par le super-producteur Paul Epworth (Futureheads, Bloc Party) à sa propre demande, sur son propre label Good and Evil.



En 2005, le groupe mène une double vie digne de Harry Palmer, prennent des jours off à leur travail pour aller jouer à New York, Stockholm et Barcelone, et signent des autographes quand leur boss ne les voit pas. En attendant, on se passe le mot, et les trois précédents singles bouleversent tous les amoureux de la pop, partout dans le monde.

En Décembre, le groupe est réquisitionné pour faire l’ouverture du concert des Franz Ferdinand au Alexandra Palace– un moyen approprié de finir l’année en beauté.



Ils entament 2006 avec un NME Philip Hall Radar Award (décerné juste avant à Franz Ferdinand et Kaiser Chiefs) et jouent au milieu de foules en délire alors que le Guardian et Vogue les annoncent comme le Meilleur Groupe Non Signé du Pays. Les Long Blondes sont touchés par de telles proclamations, mais bon, même les meilleurs groupes pas signés du pays se doivent d’être au bureau à 9h. Evidemment Marlene Dietrich n’a jamais eu besoin de faire d’heures sup. Même dans ces conditions absolument pas productives, le groupe refuse les avances de bien des prétendants, les jugeant inappropriés. Et finalement, celui qu’ils attendaient est arrivé. En avril – presque trois ans après leur formation – les Long Blondes sont signés sur le légendaire Rough Trade Records. Le label qui a révélé les Smiths, les Strokes et les Libertines a encore frappé!



Le groupe a récemment enregistré avec Steve Mackey (Pulp, MIA) et Erol Alkan (Trash club) et a sorti son dernier single Weekend Without Makeup en Juin.

Proclamé single découvert du groupe, le titre révèle bien des gimmicks déjà dévoilés sur les classiques des Long Blondes. Les paroles déroutantes et pleines d’esprit, les lignes de guitare à peine contenues et la batterie écrasante. Comme les Slits jouant Roxy Music ou Donna Summer récitant les classiques d’Harold Pinter, les Long Blondes incarnent les parfaits auteurs de la chanson populaire.



Entre temps, les ils sont choisis pour ouvrir le NME New Music tour, tournée qui comprend un large panel de shows, pendant tout le mois de mai aux quatre coins du pays. Cet été, le groupe a également joué à Mexico, aux USA, en Espagne et à Ibiza, avant d’être programmé à Leeds et au Reading Weekend.

Determinés à ne pas passer leur été dans la boue des festivals, ils vont également jouer à la bibliothèque de Lancaster, et sont une fois de plus réclamés pour jouer en ouverture de la cérémonie de la British Design Council Biennale à Venise.



Voilà qui ils sont. L’icône et protagoniste en chef Kate Jackson avec son style sardonique, le guitariste Dorian Cox, la bassiste Reenie Hollis, la claviériste Emma Chaplin et le batteur Screech. Prochain chapitre pour l’héritage musical idiosyncratique de Sheffield: les fantasies disco de la Human League, le ridicule sans nom d’ABC, le glamour minable de Pulp. Un veritable casting Carry On plus digne de personnages pleins d’amour, de haine et de passion. A Blonde, Blonde, Blonde, Blonde world. Alors à présent posez vous, et appréciez le.



Horaire >> 20h00



http://www.thelongblondes.co.uk/

http://www.myspace.com/thelongblondes






24.20 euros

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement