This page is not available in your language, please, choose yours

Journée du Fair 2014 @Fnac Montparnasse

Publié le 31 octobre 2013
Journée du Fair 2014

Infos pratiques

Le... 15 novembre 2013
de... 17h30 à... 19h


136, rue de Rennes
75006 Paris 6

Gratuit

Direction la Fnac Montparnasse, le 15 novembre prochain, pour une Journée du Fair 2014!

Dans le cadre de l'engagement de la Fnac auprès du fair, la Fnac Montparnasse vous invite à une après-midi de showcase en compagnie de trois lauréats, à l'occasion de la sortie de la compilation de la sélection 2014.

Association créée en 1989, le fair soutient chaque année le démarrage de carrière de 15 artistes. Depuis trois ans maintenant, la Fnac participe à cette initiative en soutenant la création musicale et en apportant aux jeunes talents de nouveaux espaces d'expression et de médiatisation au travers de son réseau.

Venez découvrir Saint-Michel, Griefjoy et Benjamin Clementine en showcase.

Benjamin Clementine
Il est des voix capables de vous transporter dans un ailleurs inoubliable, des silhouettes marquant l’esprit et le cœur dès la première seconde : Benjamin Clementine ne laisse pas indifférent.
Il y a deux ans, ce jeune artiste anglais décida de se mettre en danger en quittant Londres et ses repères, pour trouver à Paris l’espace de création nécessaire à sa musique.
C’est en s’appropriant un toy-piano, reçu en cadeau d’anniversaire à l’âge de six ans, que Benjamin Clementine commença son apprentissage musical.

Âgé de 24 ans, auteur-compositeur, chanteur à la voix incroyable, pianiste et story-teller, il s’inscrit dans la grande tradition musicale de Randy Newman ou Gil Scott-Heron, aux accents folk et blues teintés de soul et de jazz. C’est l’histoire d’une vie encore mystérieuse, d’un passé douloureux qui se révèle de chanson en chanson, d’un univers singulier qui nous renvoie aussi bien à Nina Simone qu’à Jimi Hendrix, Terry Callier ou Screamin’ Jay Hawkins…

Saint Michel

Saint Michel, c’est l’histoire de Philippe et Emile, deux jeunes hommes passionnés et talentueux, qui produisent une « big pop – electro sentimentale » comme ils aiment à décrire l’assemblage de leurs chansons. Une manière d’en parler qui convient d’ailleurs parfaitement à ces mélodies frondeuses et gentiment rebelles, tant elles sont en banc de ruptures (une notion qui leur est chère) : une mélancolie jouissive mais surtout pas dépressive, un rai de soleil qui perce à travers la brume de nos souvenirs évasifs pour enluminer nos pensées les plus obscures.

Ils se rencontrent à l’époque où Philippe est leader du groupe Milestone, dont Émile est fan. Ils s’entendent si bien, aiment tellement la musique, et leurs pas ainsi que leurs affinités sélectives s’emboîtent si bien qu’ils décident logiquement de ne pas en rester là.

La musique de Saint Michel, quelque part entre celle de Air et MGMT, fait naître des émotions langoureuses dans le cœur de ceux qui sont restés suffisamment purs pour en percevoir la délicate beauté qui, à n’en pas douter, risque de s’épanouir très vite et pour longtemps.

Griefjoy (fair 2011)

Griefjoy, ce sont quatre garçons originaires de Nice : Guillaume Ferran (chant, piano), Billy Sueiro (guitare), David Spinelli (basse, synthé) et Romain Chazaut (batterie). Nourri aux influences variées de ses membres (rock, jazz, pop, électro, hip-hop, BO…), Griefjoy livre un premier album aux dix chansons étourdissantes. Bien que la première claque qui les fit dévier du classique fût "Street Spirit" de Radiohead, aucune copie du groupe de Thom Yorke n’est à trouver ici. La voix de Guillaume est claire, leur power rock ni pompier ni pompeux, juste incroyablement mature pour leur moyenne d'âge de 22 ans.

"Touch Ground" résume l’union sacrée voulue par Griefjoy : un beat dance, des choeurs entêtants et une mélodie qui ne laisse pas dormir. L’électro prend parfois le dessus comme sur "Insane" qui finit par se laisser envahir par une pluie acide de synthés et sur "People Screwed Up" avec ses montagnes russes de machines. La pop a son mot à dire sur le galopant "Kids Turn Around" et l’apaisé "Hold the Tides". Quant à "Crimson Rose", il réunit toutes les teintes de la palette musicale de Griefjoy.

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement