This page is not available in your language, please, choose yours

Tony joe white

Publié le 1 janvier 2008
TONY JOE WHITE

Infos pratiques

Du... 4 août 2005
Au... 11 juillet 2006


7-9, rue des petites écuries
75010 Paris 10

TONY JOE WHITE (g, voc)

JEFF HALE (dms)

DERNIER ALBUM « Live from Austin texas » (mars 2006)

« Quand on fait la somme des contributions de Tony Joe White au rock’n’roll, on se dit que celui-ci aurait

été bien triste sans lui. En créant un son poisseux, sourd, inquiétant, le bonhomme avait déjà dressé le

décor à sa musique. Ce son repose d’abord sur son jeu de guitare, tout à l’économie, giclant par riffs

tranchants. Un jeu qui à lui seul a donné le jour à une école de guitaristes, John Fogerty en tête. Tony

Joe White, natif de Louisiane, sait mieux que personne traduire en notes l’étrange atmosphère de ces

bayous hostiles. Il traduit en vignettes musicales le mystère des marais où il a grandi, et des chansons

comme "Polk Salad Annie" enregistré en 1968 (qui valut un tube à Elvis) raconte bien ce monde secret.

« (R. Luiz).

Tony Joe White a depuis aligné des albums bien à lui où il entraine l’auditeur dans les tréfonds de sa

Louisiane grâce à sa voix profonde. En 2006 il travaille sur son nouvel album studio sur lequel il invite

quelques uns de ses amis dont Mark Knopfler et Eric Clapton. Parallèlement à cela, un show d’Austin en

1981 sort pour la première fois en DVD. Tony Joe White sillonnera les meilleurs festivals Européens

pour rencontrer son public fidèle et, à n’en point douter, convertir de nouveaux adeptes. Seul avec son

Batteur, Tony Joe White propose un show pur, magique, et d’une rare authenticité.

Tony Joe White (Guitare/Chant/Harmonica), Jeff Hale (Batterie)

En mars 2006, sortie du nouvel album de Tony Joe White en CD et DVD "live From Austin TX" (New

west Records/Socadisc)

(www.aurock.com)

Depuis trente-cinq ans, Tony Joe White vit sur les royalties de deux tubes planétaires conçus en une

semaine dans un refuge de Géorgie. Rainy Night in Georgia, le premier, sera repris plus d'une centaine

de fois, de Hank Williams aux rappeurs, sans compter les versions orchestrales. Le second, Polk Salad

Annie, verra, notamment, Elvis himself le chanter. Le musicien aurait pu s'en tenir là et ne plus se

consacrer qu'à son loisir favori, la pêche à la truite. Il n'a jamais lâché.

Tous les dix ans, ou presque, il revient sur le devant de la scène avec ses rouflaquettes inamovibles et

un nouvel album de swamp blues, «du blues syncopé et dansant», selon sa propre définition.



C'est à la France que Tony Joe White doit ses premiers succès. En 1968, il gagne péniblement sa vie en

grattant la guitare dans un honky-tonk de Corpus Christi, station balnéaire du Texas. A tout hasard, il

édite un single, Soul Francisco. Bide aux Etats-Unis. Mais Radio Monte-Carlo diffuse le titre en boucle.

L'Europe entière embraye et lui fait la fête: «Résultat: une grosse maison de disques de Nashville m'a

signé un contrat. Et j'ai enchaîné une tournée à travers le pays. J'avais 25 ans.»

Depuis, «le Renard des marais» entretient une histoire d'amour avec l'Hexagone.

(Extrait L’EXPRESS – pascal Dupont »


21h30
N.C.

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement