This page is not available in your language, please, choose yours

Regina carter

Publié le 1 janvier 2008
REGINA CARTER

Infos pratiques

Le... 12 juillet 2006


7-9, rue des petites écuries
75010 Paris 10

REGINA CARTER (vl)

GREG TARDY (cl)

XAVIER DAVIS (p)

MATTHEEW PARRISH (b)

ALVESTER GARNETT (dms)

Voici un album exceptionnel de Regina Carter : Paganini : After A Dream. Cet enregistrement réalisé par

la violoniste en compagnie de son groupe (Werner "Vana" Gierig au piano, Chris Lightcap à la basse,

Alvester Garnett à la batterie et Mayra Casales aux percussions) représente l'aboutissement d'un

véritable conte de fées : la rencontre unique entre une jazzwoman originaire de Detroit et le plus célèbre

violon au monde, le "Guarneri" de Paganini.

En décembre 2001, Regina Carter, qui a reçu une formation classique avant de s'orienter vers le jazz,

se voit adresser une invitation exceptionnelle de la ville de Gênes pour jouer sur le fameux violon. Un

événement d'ampleur, car jusque là aucun jazzman n'avait jamais tenu l'instrument entre ses mains, ni

aucun Afro-américain. À la suite de cette expérience, Regina Carter, qui compte parmi les leaders les

plus charismatiques et originaux du moment, rêve de devenir la première violoniste jazz à enregistrer

avec le Guarneri. En novembre 2002, elle réalise en trois jours de sessions miraculeuses l'album

Paganini : After A Dream. En hommage à l'inestimable instrument, la violoniste choisit un répertoire à

mi-chemin entre l'univers du jazz et celui du classique, notamment des oeuvres de compositeurs français

se situant entre la mort de Paganini et la moitié du XXè siècle (ainsi "Pavane" et "Après un rêve" de

Gabriel Fauré). Elle interprète également un thème de musique de films (Cinema Paradiso d'Ennio

Morricone), une bossa nova ("Black Orpheus" de Luiz Bonfa) et un tango louchant sur le classique

("Oblivion" d'Astor Piazzolla). Enfin, on trouve une composition originale de la violoniste ("Alexandra", un

extrait d'un travail de commande réalisé pour le Kennedy Center en 2002) et une autre du pianiste

Werner Gierig ("Healing in Foreign Lands"). Ces deux titres reflètent d'ailleurs les formations classiques

de leurs auteurs, une orientation en parfaite adéquation avec l'ambiance générale de l'album.

Le résultat final est une oeuvre d'une grande beauté, chaque titre transportant littéralement l'auditeur

tandis que Regina Carter et ses collaborateurs semblent virevolter dans une parfaite harmonie. Tour à

tour songeur, poignant, espiègle, intense et passionné, Paganini : After A Dream est tout simplement un

rêve devenu réalité.


21h30
N.C.

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Commentaires

1 commentaire

  • Avatar de kelflo

    kelflo le 17/06/09 à 09h19

    Je connais depuis peu. malheureusement c'est un peu trop tard pour assister a son concert de 2006. je suis totalement fan. y a t-il des concerts prévus très prochainement. ça m'interesserait énormément. pour ce qui ne connaissent pas, à écouter absolument ces 3 titres(et les autres si vous avez envie de mieux connaître bien entendu): "New York attitude", "Pavane", "Mojito".

L'AGENDA

Annoncez votre événement