This page is not available in your language, please, choose yours

Tobacco @ Batofar

Publié le 15 octobre 2014
Tobacco @ Batofar

Infos pratiques

Le... 6 novembre 2014
de... 19h30 à... 22h30


11 Quai François Mauriac
75013 Paris 13

M°Quai de la Gare

11 euros

Rendez-vous au Batofar, le 6 novembre, pour une soirée Tobacco.

TOBACCO ne sait pas créer de bonnes choses.

Sur son troisième album Ultima II Massage sorti le 13 mai, le synthé-charmeur de serpent de Pennsylvanie approfondit son approche musicale jusqu'à en arriver à la dépravation auditive. Cet opus élargit le registre étroit de son catalogue d’auteur de gars bizarre. Chaque chansonnette est gâchée au point de se surpasser, passant à un état du genre Frankenstein. « J'ai passé beaucoup de temps à casser les morceaux aux bons endroits », déclare TOBACCO. « Le résultat final donne un ensemble qui respire - parfois en manque d’air. Ça rend le tout plus vivant ». Immédiatement après avoir fini l'album Maniac Meat en 2010, il travaille sur des séries de rythmes confus dont la création avait déjà commencé dans l'album Fucked Up Friends en 2008. Depuis, il y a eu plusieurs pauses importantes jusqu'au surprenant projet du remix de «Thunder Kiss '65» de White Zombie, un nouveau titre de BMSR (Cobra Juicy), et la production de Demon Queen's Exorcise Tape avec le chanteur Zackey Force Funk. Cependant, il a gardé le pire pour la fin en compilant le matériel le plus misanthrope pour Ultima.

TOBACCO explique son approche différente : « Je voulais intensifier chaque chanson juste assez pour que même lorsque l'album arrive à son état le plus sauvage, on puisse rester en transe. C'est l'achèvement d'un concept que je tente de réaliser depuis toujours. Maniac Meat était linéaire. Cette fois, j'ai voulu créer plein de choses différentes et les rassembler en une seule et même pièce méditative. Au moins, pour moi".

Pour arriver à cet idéal pourri, il a dû, comme toujours, subvertir ses désirs ardents de bruit. TOBACCO est retourné au lecteur de cassette avec lequel il avait débuté – une arme analogique de distorsion qui fait l’éloge des sifflements du vocodeur et des rythmes ratés. Chaque moment qui semble "bon" est brutalement agressé jusqu'à en redevenir laid. Tout ça pour en arriver à l’objectif qui suit : « C'est peut-être mon album le plus volontairement complexe jusqu'à maintenant, mais je promets que si vous le laissez-vous emporter, il peut vraiment vous faire planer ».

Pas de fin heureuse pour Ultima II Massage. A découvrir lors de la tournée européenne de Tobacco, qui passera par le Batofar le 6 novembre.

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement