This page is not available in your language, please, choose yours

Compte-rendu de concert : carl barât au trianon

Publié le 18 avril 2011 Par Caroline J.
Carl Barât

Infos pratiques


80 boulevard de Rochechouart
75018 Paris 18

Le 16 avril dernier, Carl Barât, ancien chanteur et musicien des Libertines et des Dirty Pretty Things, a mis le feu à la scène du Trianon pendant près d'une heure trente. Les fans étaient aux anges et Sortiraparis aussi!

La venue à Paris de l'ex-chanteur et musicien du sulfureux groupe des Libertines, également emmené par Pete Doherty, ne pouvait pas passer inaperçue. Alors que le second est sans cesse sous le feu des projecteurs de la presse people, plus que de la presse musicale, le premier semble davantage savoir où il va. En témoigne la sortie de son très réussi et premier opus solo, au nom éponyme.

En plus d'être donc un musicien et chanteur de talent, le britannique Carl Barât est aussi une personne généreuse. Il a ainsi offert deux premières parties au public du Trianon, le 16 avril dernier, avec le groupe parisien de The Tatianas, bien énervé et livrant des riffs rock plutôt entraînants, suivi du song-writer british, Kieran Leonard. Le musicien, également connu comme membre du groupe Band of Horses a opté pour un style plus pop folk, avec seulement une guitare acoustique pour l'accompagner. Si certains spectateurs ont apprécié son incroyable voix, d'autres ont trouvé le style un peu trop mou, attendant avec impatience la venue du mythique Carl Barât.

C'est à 21h précise que l'artiste fait son entrée sur scène, accompagné de 5 musiciens, dont une violoncelliste. Si Carl Barât avait opté pour un look plutôt rebelle et rock avec son jean noir et sa veste en cuir, ses acolytes avaient respecté le code "soirée", arborant fièrement un beau costard-cravate!

Mais ça n'est qu'une illusion. Car une fois le show commencé, tous ces musiciens avaient bel et bien l'âme de rockers. C'est qu'avec Carl Barât, il faut bien sûr s’attendre à des riffs de guitares saturés, entraînants et dansants, comme sur "Run with the boys", "The magnus" ou encore "She's something". Mais Carl Barât n'a pas pu s'empêcher de rejouer des tubes de son ancienne et première formation à succès, j'ai nommé The Libertines. La réaction du public ne s'est alors pas fait attendre dès les première notes de "Up the Bracket". La nostalgie était d'ailleurs là, du côté du public mais aussi de l'artiste. Idem pour les quelques titres des Dirty Pretty Things que le chanteur britannique s'est mis à jouer, comme par nécessité.

Mais Carl barât sait aussi émouvoir et s'adoucir comme sur les titres "Ode to a girl", "Carve my name" ou bien "What have I done", accentué par les arrangements au violoncelle. Certains en ont même profité pour sortir les briquets, un événement qui semble désormais dépassé...

Au final, Carl Barât nous a offert un show d'une heure trente, débordant de mélodies entraînantes, rock mais aussi très britsh et nous démontrant encore une fois, à quel point les anglais ont la musique dans la peau!

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à la galerie photos!


VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles SCÈNES

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement