This page is not available in your language, please, choose yours

Report : Madonna au Stade de France pour son MDNA Tour

Publié le 15/07/12 Par Caroline J.
Partager sur twitter
Partager sur Google+

Si ce samedi 14 juillet 2012, à 16h, certains ne savaient pas encore ce qu’ils allaient faire de leur soirée, d’autres savaient déjà depuis plusieurs mois où ils seraient : au Stade de France pour le concert parisien unique de Madonna ! Si le show n’affichait pas complet, ils étaient pourtant très nombreux à avoir leur précieux billet et quelques téméraires n'ont d’ailleurs pas hésité à dormir devant le stade pour être au premier rang. Sortiraparis a également eu la chance d’avoir son ticket d’entrée et vous raconte !

Il y a 25 ans, Madonna donnait son premier concert en France. C’était en 1987, au Parc des Sceaux. A cette époque, ils étaient 130 000 fans à assister au show. Ce samedi 14 juillet 2012, au Stade de France, ils étaient moins nombreux, certes, mais pour autant, les gradins et la pelouse étaient quasi noir de monde…

Et tout ce beau petit monde a ainsi pu assister, dès 20h, au warm up de Martin Solveig, qui, rappelons-le, a signé six titres de MDNA, le dernier opus de la madone. Résultat ? Le DJ français s’est empressé de reprendre quelques titres de la star américaine mais aussi certains de ses célèbres morceaux comme son tube « Hello », sans oublier de remixer le titre phare et tendance de Lykke Li, « I follow The Rivers ».

Et le public du Stade de France aura même droit à un petit cadeau surprise puisque le chanteur américain, Will. I.Am., est monté sur scène pour interpréter deux titres, dont son nouveau morceau « This is Love » mais aussi « I Gotta Feeling », le légendaire tube des Black Eyed Peas.

Après un peu plus de 60 minutes de première partie, le public parisien devra encore attendre près d’une heure avant que le show, tant attendu, ne débute.

Il est alors 22h15. Il commence à faire nuit. Les lumières s’éteignent et des moines débarquent sur scène pour sonner la cloche. Le décor est alors planté et la madone apparaît en train de se confesser, derrière un drap blanc, telle une ombre chinoise, avant d’entrer enfin en scène sur le titre « Girl Gone Wild ».

La chanteuse poursuit avec le titre « Revolver », où, elle et ses danseuses sont armées de gun et de fusils. Puis c’est au tour de l’excellent « Bang Gang » d’être chantonné par Madonna. Pour le coup, la star, posée sur un lit d'une chambre d’un Motel reconstitué, tire sur tout ce qui bouge et notamment sur ses danseurs, déguisés en dangereux malfrats. Les coups de feu fusent et les tâches de sang giclent.

Les morceaux s’enchaînent de façon plutôt ingénueuse et la scénographie est à son top alors que les danseurs dévoilent leurs incroyables prouesses techniques (contorsion, break dance…), le temps que Madonna se change.

Tantôt majorette sur « Give Me All your Luvin’ », accompagnée de petits soldats de fanfares flottants dans les airs, tantôt mi-homme-mi-femme sur « Vogue », Madonna arrivera surtout à séduire l’assemblée grâce à une version très charnelle de « Like a Virgin », puis à réjouir et éblouir ses fans avec son incontournable tube « Like a prayer ».

Vient ensuite la vidéo tant attendue, accompagnant le titre « Nobody Knows Me ». Et, sans surprise, lorsque le visage de Marine Le Pen apparaît, beaucoup n’hésitent pas à huer la présidente du FN tandis que les danseurs jouent les funambules sur des fils élastiques.

Après près de 2 heures de show, Madonna choisit d’achever son concert avec « Celebration », jouant ainsi les DJs au côté de tous ses danseurs et de son fils, Rocco, présent sur scène pour l’occasion.

Si certains attendaient un spectacle pyrotechnique pour ce 14 juillet 2012, les pétards n’auront pas fusé pour de nombreux spectateurs, déçus par la set list, par le son exécrable du Stade de France ou encore par l'absence d'échanges entre la "Material girl" et ses fans.

Mais malgré tout, d'autres semblent avoir été conquis et obtenu leur feu d’artifice, tant attendu, grâce à une troupe de danseurs exceptionnels, une incroyable et gargantuesque scénographie, de beaux jeux de lumières et un show parfaitement millimétré. Et Madonna alors ? Et bien, malgré les critiques, sa perte de souplesse, ses playback, et ses – bientôt – 54 printemps, la chanteuse est toujours là et bien présente. Reste à savoir pour combien de temps ? 

Set list :
The Prayer Ouverture
Girl Gone Wild
Revolver
Gang Bang
Papa Don’t Preach
Hung Up
I don’t give A
Best Friend (video interlude)
Express Yourself
Give Me All your Luvin’
Turning up the hits (video interlude)
Turn Up the Radio
Open Your heart
Masterpiece
Justify my Love (video Interlude)
Vogue
Candy Shop
Human Nature
Like a Virgin
Nobody Knows Me (video interlude)
I’m addicted
I’m a sinner
Like a prayer
Celebration

Crédit photo : Sortir à paris 

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur : Partager sur twitter
Partager sur Google+

Nos articles SCÈNES sur sortiraparis.com

L'AGENDA

Annoncez votre événement