This page is not available in your language, please, choose yours

Report : Soap&Skin feat. Ensemble & Chorale à la Cigale

Publié le 29 octobre 2012 Par Caroline J.
Report : Soap & Skin feat. Ensemble & Choral à la Cigale

Hier soir, dimanche 28 octobre 2012, Soap&Skin jouait à guichets fermés à la Cigale, un peu plus de 6 mois après son show au Trabendo. Une nouvelle représentation parisienne, en moins d’un an, qui a, sans surprise, comblé l’assemblée et dévoilé de très belles réinterprétations grâce à la présence d’un quintet à cordes et de six choristes.

A seulement 22 ans, Anja Plaschg est déjà à la tête de deux magnifiques opus : "Lovetune for Vacuum", paru en 2009 et, plus récemment, "Narrow". Si ces deux albums dévoilent de véritables petits bijoux sonores, sur scène, l’artiste autrichienne n’hésite pas à les retravailler et à les rendre encore plus poignants et entraînants, et, ce, grâce notamment aux deux violonistes, aux deux violoncellistes, à la contrebasse ou encore au cornet présents. Mais ce n’est pas tout puisque, contrairement à son show au Trabendo, au printemps dernier, Anja Plaschg était également accompagnée de plusieurs choristes.

Résultat ? Les poils se dressent sur « Voyage Voyage » et « Sun », les larmes montent sur « Mr.Gaunt Part 1000 » ou bien « Vater » et l'euphorie, voire la folie, nous guettent sur « La Marche Funèbre » et « Meltdown ».

Pendant près d'1h30, Soap&Skin enchaîne les morceaux, sans parler au public, laissant de nombreux blancs entre chaque titre et dévoilant ainsi un profond mal être et une personnalité à fleur de peau.

Le show aurait ainsi pu être parfait si cette sensibilité extrême n’avait pas guetté l’artiste mais malheureusement pour elle, son démon a pris le dessus à plusieurs reprises pendant le show, la déstabilisant sur quelques titres comme sur « Cradlesong » où l’artiste a du s’y reprendre à deux fois avant de le dévoiler correctement au public. Mais qu’importe, l’émotion est bel et bien là et cette timidité maladive disparaît, au fil du concert, pour laisser place à une chanteuse et musicienne dotée d’un talent fou et d’une sensibilité musicale unique à son âge.

La preuve avec ses reprises de « Pale Blue Eyes » et de « Me and the Devil Blues », où les versions originales sont bien loin de nos pensées telle la réinterprétation est splendide. Anja a même tenté de reprendre « Video Games » de Lana Del Rey ; mais malheureusement pour elle, les paroles ne lui venaient plus… Dommage car l’Autrichienne avait tenté une pure et ingénieuse improvisation après l’instrumental et déjanté « Meltdown ».

Malgré quelques fausses notes donc, Anja Plaschg a largement obtenu les faveurs du public, qui l’a sollicitée pour deux rappels. Deux rappels que l’on souhaite à chaque fois les plus longs possibles afin de profiter au maximum de cette jeune artiste dont on risque d’entendre parler pendant encore très longtemps.

Set list

Deathmental
Cradlesong
Big Hand Nails Down
Cynthia
Extinguish Me
Surrounded
Pray
Thanatos
Fall Foliage
Meltdown (Clint Mansell cover)
Voyage Voyage (Desireless cover)
Lost
The Sun
Vater
Mr. Gaunt Pt 1000
Marche Funèbre
Sugarbread 

Rappel 1:
Me and the Devil Blues (Robert Johnson cover)

Rappel 2 :
Pale Blue Eyes (Velvet Underground cover)

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles SCÈNES

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement