This page is not available in your language, please, choose yours

Arnaud Rebotini introduit Parizone@Dream

Publié le 24 mai 2013 Par Mélanie B.
Un A/R avec Arnaud Rebotini

Qui mieux qu'Arnaud Rebotini pouvait succéder à Turzi pour secouer cette nouvelle édition de Parizone@Dream ? Ensemble ils forment Code Napoleon, mais c'est seul que " le gothique de la French Touch " investira la scène de la Gaîté Lyrique le 1er juin. Enfin presque puisqu'il partage l'affiche avec le groupe Marie Madeleine, et son espace, avec une dizaine de machines...

L'avantage lorsque l'on s'entretient avec Arnaud Rebotini c'est que l'on parle aussi à Zend Avesta, au leader des Black Strobe et à l'un des membres de Code Napoléon. L'homme machines a de nombreuses facettes. L'une d'entre elles le conduira d'ailleurs jusqu'à la scène de la Gaîté Lyrique le 1er juin, à l'occasion de Parizone@Dream. Pas schizophrène pour autant, et même affable et abordable, ce pionnier de l'électro nous reçoit chez lui, pour parler de son actualité. 

- Comment se prépare-t-on pour un festival comme Parizone@Dream ?
" Je vais préparer quelques morceaux inédits, des passages que je n'ai pas encore fait. J'improvise beaucoup en fait sur scène donc là je prendrai pas mal de machines, peut-être faire des combinaisons un peu différentes pour 1 heure, 1 heure 15 de set. Il y aura au mois trois boites à rythmes, six synthés,... Quand il y des contraintes de transport ou quand on part à deux, je prends moins de matériel mais là comme c'est à Paris. "

- Alors justement parmi tous les festivals où tu as déjà joué, un souvenir particulier ?
" Benicassim, à l'époque je fumais : j'étais dans la foule en train de regarder Kraftwerk, je faisais des grands gestes et je brûle mon voisin avec ma cigarette. C'était un des membres de Einstürzende Neubauten. Du coup on a sympathisé, on a passé la soirée ensemble. Ils avaient joué le même jour, c'était incroyable de se retrouver avec lui nez à nez comme ça au beau milieu de la foule et puis le fait de voir Kraftwerk, à l'époque c'était vraiment pas courant."

- Et le retour des Black Strobe c'est pour bientôt ? On va vous voir un peu dans des festival cet été ? 
" On sort bientôt un nouvel album (un premier EP est déjà disponible The Girl From The Bayou ndlr), donc on  aura une plus grosse actualité à ce moment-là. On ne nous verra pas trop cet été mais il y a déjà une date programmée à la Gaîté Lyrique au mois d'octobre. La sortie du disque est prévue pour la rentrée, octobre-novembre. " 

- C'est votre premier disque finalement, avec la formation Black Strobe telle quelle ? 
Alors oui et on a un peu switché les rôles : le clavier basse, Benjamin Baulieu était batteur au départ, Mathieu Zub ça fait très longtemps qu'il est dans le groupe, il remplaçait David Shaw (Siskid) à la guitare lorsqu'il avait des dates de de dj solo, il a aussi un projet, Museum, que je produis sur le label et Mathys Dubois à la batterie. On est nous quatre et moi je chante et je fais du clavier. "

- Quand il n'est pas sur scène seul ou avec ses acolytes, Arnaud Rebotini exerce ses autres talents. 
De producteur : " j'ai découvert Yan Wagner sur scène, à l'occasion d'une date où on jouait ensemble et puis on a commencé à parler musique. Il a signé sur Blackstrobe Records et j'ai produit son album Forty Eight Hours".
D'acteur : on a pu l'apercevoir l'année dernière dans l'Age Atomique " ils avaient pris un vrai videur pour le rôle (de videur) et le problème c'est qu'il n'était pas très bon. Mathieu de Kill for Total Peace a dit qu'il me connaissait et comme eux jouaient dans le film et faisaient la musique, je me suis retrouvé un peu comme ça dans le projet ".
De compositeur : " je viens de finir la musique pour le prochain film de Robin Campillo, ça s'appelle Eastern Boys.  "

- A Paris, on te croise où ?
" Finalement, je sors assez peu en dehors de mes dates. Je ne suis plus dans l'exaltation de sortir, de découvrir des nouveaux djs. Je préfère des choses plus calmes. "
Plus concert que soirée, il a assisté dernièrement aux concerts de Nick Cave au Trianon et celui de Gesaffelstein à la Cigale.
Aussi bien soirée à la maison que resto, il squatte quelque fois A la Pomponnette. " L'ancienne ambassade du Groland, avant le président y venait. C'est une brasserie parisienne très sympa ouverte assez tard. "
Et on le croit aisément lorsqu'il nous avoue être plus DVD que salles de ciné, dernier coup de cœur en date, c'est aussi le dernier film vu, Bullhead (2011).
En revanche et c'est évident, chez les disquaires il a bien ses habitudes : " Exodisc pour tout ce qui est  rock indie country, Copa Music pareil et mais aussi pour la soul et Music Fear Satan pour le métal et les musiques extrêmes." 

Quelques dates : 
le 1er juin à la Gaîté Lyrique | le 15 juin au Tamanoir,
avec Black Strobe : le 24 mai, au Festival This Not a Love Song,
le 6 juillet, au Festival Calvi on The Rocks
le 3 octobre, au Festival d'Ile de France

Parizone@Dream : du 1er au 2 juin à la Gaîté Lyrique

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles SCÈNES

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement