This page is not available in your language, please, choose yours

Carte blanche à Philippe Boesmans : Pelléas et Mélisandede Claude Debussy

Publié le 17 janvier 2012
Carte blanche à Philippe Boesmans : Pelléas et Mélisandede Claude Debussy

Infos pratiques

Le... 3 février 2012


Accès par la Pyramide
75001 Paris 1

10.00 euros

Carte blanche à Philippe Boesmans : Pelléas et Mélisandede Claude Debussy à l'Auditorium du Louvre le 03 février 2012 à 20h00.

Claude Debussy : Pelléas et Mélisande Opéra en cinq actes, livret de Maurice Maeterlinck Orchestre révolutionnaire et romantique, dir.: Sir John Eliot Gardiner Mise en scène : Stéphane Braunschweig, costumes : Thibault Vancraenenbroeck
Avec Karen Vourc'h (Mélisande), Philippe Addis (Pelléas), Marc Barrard (Golaud), Markus Hollop (Arkel), Nathalie Stutzmann (Geneviève), Dima Bawab (Yniold), Pierrick Boisseau (un berger), Luc Bertin- Hugault (un médecin). Réal.: François Roussillon, prod. : François Roussillon et Associés, 2010, 2h51.

A propos de Pélléas, Philippe Boesmans écrit : " L'œuvre de Maeterlinck et la musique de Debussy sont habités par une telle étrangeté et un tel mystère qu'une réalisation théâtrale et musicale tout à fait satisfaisante est quasiment impossible. Ce côté insaisissable ne permettant aucune conclusion artistique fait que cette œuvre est pour moi peut-être le plus bel opéra qui existe. On aime ce que l'on ne peut saisir ! "

Longtemps compositeur en résidence au Théâtre de la Monnaie à Bruxelles, qui lui commanda plusieurs opéras, Philippe Boesmans, en dialogue avec Pierre Flinois, nous parle de ses opéras La Ronde et Julie. Il et présente l'œuvre fondatrice du siècle Pelléas et Mélisande de Debussy, ainsi que Jenufa de Janácek, que Philippe Boesmans a choisi pour son originalité expressive et son esthétique emblématique de la modernité.

BIOGRAPHIE :


Né en 1936, Philippe Boesmans entame des études de piano au Conservatoire de Liège mais abandonne assez vite la carrière pianistique pour la voie de la composition, qu'il aborde pratiquement en autodidacte. Profondément intrigué par le post-sérialisme, il prend très tôt conscience de la nécessité d'en dépasser les contraintes et les exclusions. Sans renier cet héritage récent, Philippe Boesmans élabore un langage musical très personnel, où la communication avec l'auditeur retrouve une place centrale. Pour le Théâtre de la Monnaie, Gérard Mortier lui commande La Passion de Gilles en 1983, une réorchestration du Couronnement de Poppée de Monteverdi (1989) puis Reigen, créé en 1993 dans une mise en scène de Luc Bondy. De multiples reprises verront le jour. La collaboration entre Philippe Boesmans et Luc Bondy se poursuit avec Bernard Foccroule qui commande de nouveaux opéras : Wintermärchen, d'après The Winter's Tale de William Shakespeare ; Julie d'après Mademoiselle Julie d'August Strindberg (reprise au Festival d'Aix-en-Provence en 2005) ;Yvonne, princesse de Bourgogne, d'après la pièce homonyme de Witold Gombrowicz, commandé par Gérard Mortier pour l'Opéra de Paris (création en 2009).

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement