This page is not available in your language, please, choose yours

Poignard au théâtre de Belleville : notre critique

Publié le 1 février 2016 Par Maïlys C.
Poignard au théâtre de Belleville : notre critique

Infos pratiques

Du... 27 janvier 2016
Au... 14 février 2016


94 Rue du Faubourg du Temple
75011 Paris 11

Métro : Goncourt L.11 / Belleville L.11 & L.2
Bus 46 ou bus 75
Parking : Cambacauto - Parking Temple
Velib : 2 rue du buisson Saint-Louis

10 euros (à partir de)

La pièce de Roberto Alvim "Poignard" est jouée sur la scène du théâtre de Belleville du 27 janvier au 14 février 2016 : l'histoire est celle d'une bande de jeunes terroristes qui planifient un attentat contre un boys-band caricatural. Leur combat est celui de la culture et de l'information. Une pièce inégale.

À force d'aller au théâtre, on finit par reconnaître certains rouages. Et Poignard, malheureusement, n'a pas échappé à l'idée que l'on s'en était fait en lisant le résumé proposé par le théâtre de Belleville. Une troupe de jeunes comédiens prétendument survoltés, un sujet qui frôle l'absurde et une dose de cynisme bien palpable : ça sentait la pièce un peu prétentieuse pour pas grand chose, une gesticulation assez vaine, surtout en cette période post-attentats où tout ce qui touche de près au terrorisme doit être envisagé avec beaucoup de sérieux.

Résumons : dans une société qui est comme la nôtre, c'est-à-dire une société du spectacle, un boys band nommé TNT récolte un succès phénoménal auprès d'une jeunesse écervelée et d'une presse complaisante. Quelques révoltés cultivés et/ou marginaux se rassemblent alors pour former un groupe terroriste et parvenir à mettre fin à l'existence du TNT. Détail notable : tous ont des noms tirés de l'univers de Walt Disney, Minnie, Dingo, et on en passe. Tous ont leurs caractéristiques, plus ou moins violentes, plus ou moins pop. Tous sont animés par la rage.

Poignard

L'idée est donc de dénoncer l'industrie de la culture populaire qui prend le public pour un troupeau de veaux, ainsi que la presse qui, en se concentrant sur des questions de groupie complètement absurdes, fait diversion (pour reprendre le mot de Pierre Bourdieu) et dissimule la réalité dégoûtante d'une société où tout va mal. La critique est là, oui, mais elle est banale. L'énergie des comédiens est bien palpable, quoiqu'elle semble tourner à vide. ; mais la mise en scène d'Alexis Lameda-Waksmann, heureusement, sauve l'ensemble en regorgeant de jolies idées visuelles. Le défaut vient donc du texte de Roberto Alvim, qui manque de sérieux, de poésie, de profondeur.

Informations pratiques :

Poignard
Au théâtre de Belleville
Du 27 janvier au 14 février 2016 
Tarifs : de 10 à 25 euros
Réservez ici

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles SCÈNES

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement