This page is not available in your language, please, choose yours

Les Liaisons Dangereuses au Théâtre de la Ville : notre critique

Publié le 14 février 2016 Par Marine S.
les liaisons dangereuses

Infos pratiques

Du... 2 mars 2016
Au... 18 mars 2016


2 place du Châtelet
75004 Paris 4

10 euros (- 14 ans)
18 euros (Jeunes)
27 euros (CAT 2)
30 euros (CAT 1)

Christine Letailleur met en scène Les Liaisons Dangereuses, s'inspirant directement du roman épistolaire de Choderlos de Laclos. La pièce est donnée du 2 au 18 mars 2016 au Théâtre de la Ville, mais ne réussit à convaincre qu'à moitié.

Après avoir monté l'année dernière Hinkermann au Théâtre de la Colline, Christine Letailleur retrouve la scène parisienne en présentant, au Théâtre de la Ville jusqu'au 18 mars 2016, son adaptation du roman épistolaire, symbole ultime du libertinage, Les Liaisons Dangereuses. Cent fois adapté, monté, ré-interprété, au cinéma comme au théâtre (la dernière significative était probablement celle de John Malkovitch, donnée au Théâtre de l'Atelier), Les Liaisons Dangereuses de Choderlos de Laclos appartiennent à l'inconscient collectif. Chacun possède sa petite idée sur le couple torride et manipulateur que forme Le Vicomte de Valmont et la Marquise de Merteuil

Christine Letailleur, en s'attaquant à un monstre de cet ampleur, risque d'en vexer plus d'un. De cette manière, elle s'entoure d'un casting de qualité, puisque c'est à Dominique Blanc et Vincent Perez qu'elle confie la tâche d'incarner les deux personnages libertins, symbole dans toute leur splendeur.

Malheureusement, si Dominique Blanc est d'une élégance folle en Merteuil, Vincent Perez, lui, en fait trop : trop maniéré, trop exagéré. Son Valmont, presque aux allures ivrognes de Jack Sparrow dans le blockbuster américain Pirates des Caraïbes, n'est pas crédible. Et il en est de même pour la globalité qui, bien que prenante, plaisante, et pleine d'humour (quoiqu'un peu longue), tourne parfois un peu trop au guignol. 

Cette adaptation des Liaisons Dangereuses se déroule dans un décor à deux étages, cachant et dévoilant aux spectateurs les rouages des tromperies, des adultères, et autres mensonges. L'idée est bonne, le jeu de lumière, excellent, comme il en était déjà cas pour Hinkermann. Mais, le décor en-lui même, grosse boîte noire, manque d'élégance. Faire évoluer les personnages en costumes dans un décor aussi sobre détonne, et l'effet, finalement, semble un peu fade face aux propos brûlants et aux costumes de lumière. 

Infos pratiques :

Les Liaisons Dangereuses, au Théâtre de la Ville, du 2 au 18 mars 2016.

Du mardi au samedi à 20h30, le dimanche 6 mars à 15h.

Tarifs : de 10 à 30€

Réservations : 01.42.74.22.77

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

Nos articles SCÈNES

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement